Des dons en chute libre : les associations tirent la sonnette d'alarme

Des dons en baisse de 20 %, c'est ce que constatent les associations. / © France 3 Paris.
Des dons en baisse de 20 %, c'est ce que constatent les associations. / © France 3 Paris.

Plusieurs associations lancent un cri d'alarme car les dons des particuliers sont en chute libre. En cause, selon elles, certaines réformes fiscales du gouvernement.
 

Par Aude Blacher

L'urgence du moment c'est le séisme en Indonésie. Action contre la faim a lancé une collecte de dons pour agir sur place. Mais depuis quelques mois l'association constate comme beaucoup d'autres une baisse sensible de ses donateurs.
"Moins de dons, de réception de chèques sur les populations qui nous suivent depuis longtemps. Parfois, ça peut être jusqu'à 20 % de baisse", constate Vincent Créhalet, directeur de la collecte grand public chez ACF. 

Or les dons représentent un quart du budget de l'association. Ils viennent souvent de retraités qui seraient moins généreux car directement impactés par la récente hausse de la CSG. Moins de donateurs c'est forcément moins de capacités d'agir pour l'ONG. "Ce qu'on ne dit pas assez, c'est que la générosité d'une personne va au delà de la valeur de don qui est fait. Quand une personne donne 10 euros ou 40 euros à une association, cela permet de déclencher des subventions publiques indispensables pour agir sur le terrain," explique Jean-François Riffaud, directeur de la communication et du développement chez ACF. 
 

Les récentes mesures fiscales ont découragé les donateurs

Autre explication la fin de l'impôt sur la fortune et son remplacement par l'IFI . Deux fois moins de contribuables y sont assujettis : 150 000 foyers au lieu de 350 000. Conséquence, les dons qui permettent de réduire le montant de cet impôt ont aussi chuté de moitié, de 270 millions d'euros à 130 millions d'euros. 
Pour France Générosités qui fédère 95 associations et ONG, les récentes mesures fiscales ont découragé les donateurs. "La générosité publique, c'est 7,5 millions d'euros, c'est pas rien ! C'est un budget d'un ministère. Si on touche à cet argent, cela va avoir des conséquences sur les programmes à engager," prévient Pierre Siquier, président de France Générosité. 
Et la fin d'année s'annonce cruciale pour toutes ces associations puisque 40% des dons se font au cours du dernier trimestre .
 

Sur le même sujet

Clip de promotion du spectacle "Fashion Freak Show"

Les + Lus