• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Charlotte Gainsbourg intime et affirmée à Rock en Seine

Charlotte Gainsbourg à Rock en Seine, au Domaine national de Saint-Cloud, le 25 août 2018. / © France 3 IDF / G. Bezou
Charlotte Gainsbourg à Rock en Seine, au Domaine national de Saint-Cloud, le 25 août 2018. / © France 3 IDF / G. Bezou

La chanteuse se produisait samedi soir à Rock en Seine, au Domaine national de Saint-Cloud. Une date qui clôturait une fructueuse tournée d'été après la sortie de son cinquième album, Rest.

Par ML et JLS

Ce samedi pendant une heure, sur la Scène cascade de Rock en Seine, Charlotte Gainsbourg a livré son histoire sur scène. La plus récente, avec de nombreux titres électro-pop issus de son dernier album Rest, mais aussi des évocations familiales, à commencer par les morceaux composés par Serge Gainsbourg pour sa fille : Lemon Incest (1984) ou Charlotte for ever (1986).
 

"C'est émouvant, et en même temps c'est un plaisir que je ne peux pas trop expliquer parce que c'est comme si j'en n'avais pas eu au moment d'enregistrer les titres, explique-t-elle. C'est allé trop vite, je n'ai pas compris vraiment... Ça a duré cinq jours en studio, ce n'était pas grand-chose et après je n'ai pas du tout accompagné la sortie du disque."
 
Charlotte Gainsbourg intime et affirmée à Rock en Seine
Reportage de J.-L. Serra, G. Bezou, S. Fouquet et M. Bué. Avec Charlotte Gainsbourg.

Un cinquième opus et un concert dédiés à sa sœur Kate, décédée en 2013. Avec cette tournée, la plus importante de l’artiste depuis ses débuts, la chanteuse renoue avec un public ravi de ses propositions. "Elle a plus de coffre, plus de voix que ce que j'ai pu écouter de ses lives un peu plus calmes, souligne une festivalière. Je la trouve vraiment très présente et la mise en scène est très sympa." "C'est subtil, c'est fin et je retrouve la plume de son père donc j'aime beaucoup", renchérit une autre.
 

Voilà donc Charlotte Gainsbourg libérée, mais toujours habitée par une certaine fébrilité. "Je préfère quand les festivals se passent de nuit parce qu'au moins il y a le noir, reconnaît-elle. [...] En plein jour, c'est vachement plus difficile parce qu'on est vraiment à nu." Seule, au piano ou accompagnée, sa tournée est un succès encore renouvelé ce samedi. Elle devrait ensuite repartir en tournage.
 

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Le festival d'Auvers-sur-Oise dans les crèches et les entreprises

Les + Lus