Jean-Pierre Schosteck, le maire LR de Châtillon, mis en examen pour des soupçons de corruption

Jean-Pierre Schosteck en février 2008, à l’Assemblée nationale (illustration). / © BERTRAND GUAY / AFP
Jean-Pierre Schosteck en février 2008, à l’Assemblée nationale (illustration). / © BERTRAND GUAY / AFP

A la tête de Châtillon (Hauts-de-Seine) depuis 1983, Jean-Pierre Schosteck a été mis en examen jeudi soir. L’élu est soupçonné de favoritisme dans l'attribution de plusieurs marchés publics.

Par France 3 PIDF/ AFP

Il est à la tête de Châtillon depuis près de 40 ans : Jean-Pierre Schosteck, le maire de cette commune des Hauts-de-Seine, a été mis en examen jeudi soir "détournement de fonds publics", "favoritisme" et "abus de biens sociaux", selon le parquet de Nanterre. Une information judiciaire a également été ouverte.
Celle-ci vise pour l'heure deux personnes : l'édile et le gérant d'une société immobilière basée à Neuilly-sur-Seine. Tous deux ont été placés sous contrôle judiciaire.

Un maire déjà condamné pour "favoritisme" et "prise illégale d'intérêts"

Ils avaient été interpellés mardi et placés en garde à vue au sein de la Brigade de répression de la délinquance économique de la Police judiciaire de Paris. L'affaire avait débuté en 2014 où une enquête avait été ouverte par le parquet de Nanterre sur des soupçons de marchés public truqués, d'après une source judiciaire.
Jean-Pierre Schosteck, qui ne se représente pas aux élections municipales, avait été condamné en septembre 2013 à un an de prison avec sursis pour "favoritisme" et "prise illégale d'intérêts" dans l'octroi de marchés publics. La peine avait été abaissée à six mois de sursis en appel.
 

Sur le même sujet

Les + Lus