À Levallois-Perret, le projet d'une nouvelle "mosquée républicaine"

Dans un contexte difficile, et comme pour répondre à tout risque d'amalgame, une nouvelle mosquée va voir le jour à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Elle s'appellera Mosquée républicaine des abeilles. Elle se veut exemplaire et représentative d'une pratique républicaine de l'islam.

Cette mosquée de Levallois-Perret doit être financée par des dons.
Cette mosquée de Levallois-Perret doit être financée par des dons. © France 3 Paris Ile-de-France
Des lumières bleu, blanc et rouge seront projetées sur le mur. "C'est une mosquée qui, de la conception jusqu'au projet final, a été pensée avec les élus, la commune, la préfecture", explique Ali Essebki, président de l'Union des musulmans de Levallois (UML).

Un chantier dans lequel islam et République sont complémentaires. "Il y a des valeurs comme la paix, l'amour, l'égalité, la fraternité qui font partie des valeurs françaises et qui sont aussi dans l'islam", poursuit-il.

Un islam qu'Ali Essebki espère moderniser dans ce nouveau bâtiment. "Ce qui a été fait ces 50 dernières années n'est pas top. On s'est auto-marginalisé, on n'a pas été assez à l'écoute des autres", pense-t-il.

Il y a des valeurs comme la paix, l'amour, l'égalité, la fraternité qui font partie des valeurs françaises et qui sont aussi dans l'islam

Ali Essebki, président de l'Union des musulmans de Levallois

 

"L'organisation des religions doit intéresser un peu le pouvoir public"

Dans sa mosquée, il veille à la non-radicalisation des fidèles, un travail collectif. "Au-delà, c'est un message que je veux surtout envoyer aux parents. Il faut être à l'écoute des adolescents, il y a des signes qui ne trompent pas. On peut me dire tout ce que l'on veut, les premiers signes, on les voit à la maison", indique Ali Essebki.

La mosquée devrait ouvrir ses portes en avril prochain dans les locaux loués par la mairie. Un projet religieux mais d'utilité publique. "On pourrait dire 'on est élu de la République, on ne s'intéresse absolument pas à ce que font les religions'. La foi est du ressort personnel, privé, mais pour moi, l'organisation des religions doit intéresser un peu le pouvoir public. C'est de notre responsabilité de s'assurer que chaque religion peut prier dans de bonnes conditions. Sinon on a des débordements, des prières de rue, etc", affirme Agnès Pottier-Dumas, maire (LR) de Levallois-Perret.

Un chantier à 800 000 euros que l'Union des musulmans de Levallois espère financer avec des dons.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société politique