#OnVousSoutient – Coronavirus, confinement… Posez-nous vos questions

France 3 Paris Ile-de-France se mobilise et vous soutient un peu plus durant le confinement. Posez-nous toutes vos questions sur le Coronavirus. Du lundi au jeudi, dans le 19/20, Julie Jacquard répond à vos interrogations. Envoyez-vous vos questions par mail à : onvoussoutient@francetv.fr

© France 3 PIDF

J'ai une brasserie, avec 5 salariés au chômage partiel. J'ai avancé les salaires mais je n’ai toujours rien reçu de l'État. Si ça continue, je ne pourrai pas payer ceux d’avril et serai donc obligée de déposer le bilan. Est-ce normal ? Eve - Paris

@Eve. L’allocation de l’État met en théorie entre 4 et 5 jours maximum pour être versée. En fait, quand les salariés sont mis au chômage partiel, c’est l’employeur qui doit leur verser leurs indemnités et ensuite, il se fait rembourser. La démarche est à effectuer sur le site activitepartielle.emploi.gouv.fr et elle est à renouveler chaque mois. Alors vous l'imaginez bien, les demandes sont nombreuses en ce moment, la plateforme est parfois saturée. Il faut s’armer d’un peu de patience, mais qui finit par payer ! Et si vous rencontrez des difficultés, la CCI d’Ile-de-France a mis en place un numéro d’urgence pour vous aider. C’est le 01 55 65 44 44.



Pourquoi ne pas permettre aux librairies de rouvrir ? En respectant les distances de sécurité et les gestes barrières, voire en reprenant le principe du drive ? Zelda Zonk - Paris

@Zelda Zonk. Au début du confinement, les librairies, c’est vrai, n’ont pas été considérées comme des commerces de première nécessité et ont donc dû baisser leurs rideaux. Mais depuis, les choses ont un peu évolué. Si elles ne peuvent toujours pas accueillir de clients, les librairies sont désormais autorisées à vendre leurs stocks de livres via un système de click & collect ou de livraison à domicile. Concrètement, vous pouvez passer votre commande par téléphone ou par internet chez le libraire de votre choix. Et pour aller le retirer, il vous suffira de cocher la case “déplacement pour achat de première nécessité” sur votre attestation. Et c’est aussi l’occasion de soutenir tous les libraires indépendants.



Je suis donneur d'organes. Si je venais à décéder du Sars, mes organes pourront-ils toujours être prélevés ? Isaac Urse - Poissy

@Isaac Urse. On a posé la question au professeur Bastien, de l’Agence de Biomédecine. Et voici sa réponse : A priori, si vous êtes testé positif au Covid-19, vos organes ne pourront pas être prélevés, sauf pour les organes vitaux, comme le cœur, ou encore le foie. On le sait, les chances de compatibilité sont rares. C’est pourquoi les greffes d’urgence, et seulement celles-ci, sont maintenues actuellement. Et les décisions sont prises au cas par cas. Si le receveur peut patienter, il attendra un greffon d’un donneur non-malade. En revanche, s’il est en urgence absolue, il peut recevoir un organe provenant d’un malade du Covdi-19. Dans ce cas-là, le receveur sera informé de la situation. Quant aux greffes rénales, ou de tissus, elles sont reportées, dans la mesure du possible. Et bien sûr, tous les donneurs sont systématiquement testés.



Du lundi au jeudi, dans le 19/20, Julie Jacquard répond à vos interrogations

Envoyez-vous vos questions par mail à : onvoussoutient@francetv.fr


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus : conseils pratiques santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter