3 000 Vélib' vont être déployés en région parisienne pour les Jeux olympiques

Ce chiffre représente une augmentation de 20% de nombre de Vélib' actuellement déployés à Paris et en petite couronne. Mais de nombreux usagers se plaignent toujours de la qualité du service.

Smovengo a confirmé "il y a quelques jours" la commande de plus de 3 000 Vélib' supplémentaires qui seront déployés d'ici 2024, constituant "un parc conforme au nombre de vélos attendu par les élus depuis 2018", a indiqué mercredi le syndicat Autolib' Vélib' métropole (SAVM).

"Cette augmentation de près de 20% du parc bénéficiera à tous les usagers en diminuant la fréquence d'utilisation de chaque vélo et en améliorant leur répartition sur l'ensemble du réseau", ont indiqué les élus du SAVM dans un communiqué.

Augmenter l'usage du vélo

L'objectif est que Vélib' puisse "contribuer à l'atteinte d'une part modale d'usage du vélo pour la desserte des sites olympiques de 10%, sans pénaliser ses usagers habituels et tout en desservant également les sites touristiques, qui seront davantage fréquentés pendant cette période", précise le syndicat.

Des stations éphémères pourraient être installées sur les sites olympiques à cet effet.

Le SAVM a également lancé un audit du service qui doit durer jusqu'au début de l'année 2023, avant "une remise à plat du modèle économique du service".

"Aucun tabou ne doit exister, tous les aspects doivent être étudiés: le financement du service, le nombre de stations, la part des Vélib' électriques", a indiqué Sylvain Raifaud, président du SAVM.

Les élus préoccupés par la qualité du service

Quatre ans après une passation cauchemardesque entre le consortium Smovengo et JCDecaux, l'opérateur historique, avec des stations en travaux ou fermées pendant des mois, le service est toujours décrié par de nombreux utilisateurs: vélos inutilisables ou défectueux, assistance électrique en panne, stations vides ou pleines...

A tel point que les élus du SAVM, un syndicat mixte regroupant des collectivités et des établissements publics qui financent le réseau, avaient exprimé fin janvier "leur préoccupation persistante" vis-à-vis du service.

Source : AFP

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité