• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Après un incident avec des touristes chinois au Printemps à Paris, Balenciaga s'excuse

Les grands magasins Printemps Haussmann à Paris. / © IP3 PRESS/MAXPPP
Les grands magasins Printemps Haussmann à Paris. / © IP3 PRESS/MAXPPP

L’incident reste assez flou, mais la polémique, elle, est bien réelle : après l’agression supposée de clients chinois mercredi dans le grand magasin parisien, le web s’est enflammé en Asie, poussant la marque de luxe Balenciaga à présenter publiquement ses excuses.

Par France 3 Paris IDF

C’est l'illustration typique de ce qu’on appelle un bad buzz en marketing, une polémique virale sur les réseaux sociaux. Après une altercation impliquant des touristes chinois au Printemps, la marque de luxe Balenciaga – taxée de « discrimination » sur Internet – a été visée par un appel au boycott.

Dans les faits, l’incident reste encore assez flou. Selon les témoignages partagés sur la messagerie WeChat, tout commence mercredi dans la file d’attente du Printemps à Paris, lorsqu’une cliente chinoise s’insurge contre des personnes doublant la queue. Son fils, venu à sa défense, aurait été alors frappé à terre. Problème : impossible de prouver jusqu'ici l’authenticité des images.

Accusations de​ racisme et appel au boycott

Indignés par la scène, d’autres touristes chinois auraient été ensuite priés par des employés de Balenciaga de quitter le grand magasin parisien.

En Asie, les médias officiels et les réseaux sociaux – le quotidien étatique Global Times ou encore Weibo, le Twitter chinois en tête – s’enflamment après l’incident, rapporté par un internaute témoin de la scène. Screenshots des messages témoignant de l’altercation, photos et vidéos censées montrer l’agression…  Sur Internet, une pluie de commentaires dénonce le « racisme » dont auraient été victimes les clients et appellent au boycott de Balenciaga. Pour donner une idée de l'ampleur de la polémique, le hashtag appelant au boycott de Balenciaga a été consulté plus de 23 millions de fois vendredi sur Weibo.
Face aux réactions, la marque de luxe et le Printemps ont fini par présenter jeudi leurs excuses publiques sur Weibo. Balenciaga a même promis des « formations supplémentaires » pour ses employés. Une communication prévisible : la clientèle chinoise, vaste et très dépensière, est cruciale pour l'industrie française du luxe, très appréciée des touristes chinois.

Sur le même sujet

ITW de Michel Cadiot, préfet de région

Les + Lus