Barrière ouvre son premier club de jeux parisien en face du Fouquet's, sans machines à sous

Barrière ouvre ce vendredi un établissement parisien sur les Champs Elysées. C’est le cinquième club de jeux dans la capitale, où les casinos restent très réglementés après 120 ans d’interdiction.

Les clubs de jeux parisiens peuvent proposer des tables de poker, à défaut de pouvoir ouvrir des roulettes ou des machines à sous (illustration).
Les clubs de jeux parisiens peuvent proposer des tables de poker, à défaut de pouvoir ouvrir des roulettes ou des machines à sous (illustration). © PHOTOPQR/LA MONTAGNE
L’espace de 1 300 m2 – recouvert de moquette rouge, et rempli avec une trentaine de tables de jeux – se situe juste en face du Fouquet's. Barrière, numéro un des casinos français et par ailleurs propriétaire de la célèbre brasserie, ouvre vendredi son premier club de jeux à Paris, au 104 avenue des Champs-Elysées. Il s’agit du cinquième établissement de ce type dans la capitale, depuis la mise en place de la nouvelle réglementation. Les casinos sont interdits depuis 1920 dans un rayon de 100 kilomètres autour de Paris (la seule exception étant Enghien-les-Bains), mais une nouvelle loi autorise en effet des « clubs de jeux » depuis le 1er janvier 2018.
durée de la vidéo: 01 min 40
Un cinquième cercle de jeux ouvre ses portes dans la capitale ©France 3 Paris - Île-de-France

Le Club Barrière, cinquième « club de jeux »

Si l’interdiction historique cherchait à éviter des troubles à l'ordre public, le nouveau dispositif – très réglementé – a été lancé afin de faire place nette après l'hécatombe judiciaire qui avait touché dernièrement plusieurs anciens « cercles » de jeux parisiens. Fraude fiscale, blanchiment… Les affaires tournaient sur fond de grand banditisme. Depuis près d’un an et demi, quatre ouvertures se sont succédé. Tout a commencé avec l'inauguration du Paris Elysées Club par le groupe Tranchant en avril 2018, rue Marbeuf à deux pas des Champs-Elysées.

Ni roulettes, ni machines à sous

Ont suivi cette année l'Imperial Club Paris du casinotier Raineau dans le 13e arrondissement, le Club Montmartre (l'ancien cercle Clichy, le dernier à être resté en activité) puis le Club Circus du groupe Ardent, qui doit ouvrir ce lundi. La réglementation très stricte contraint les établissements à ne proposer ni blackjacks, ni roulettes, ni machines à sous – des jeux très populaires et surtout très lucratifs. Les machines à sous peuvent en effet représenter quelque 90 % des recettes.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeux justice société économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter