Crack à Paris : 27 personnes en centre de rétention contestent devant la justice leur situation devant la justice

Publié le
Écrit par Marc Taubert avec AFP

Vingt-sept hommes en situation irrégulière, placés en centre de rétention administrative après l'évacuation mercredi d'un campement des consommateurs de crack à Paris, ont déposé un recours vendredi.

Ces hommes ont été arrêtés mercredi matin dans le secteur du square Forceval, dans le nord-est de Paris, après une opération policière diligentée par la préfecture de police sur instruction du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.

Les recours ont été déposés dans une annexe du tribunal judiciaire de Bobigny située au pied des pistes de l'aéroport de Roissy par la Cimade, qui dispose d'une antenne à proximité au centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne). En milieu d'après-midi, ce vendredi, le tribunal avait rejeté cinq recours et l'audience se poursuivait.

"Dix heures sans avoir été alimenté"

"On condamne ce type d'interpellation d'autant que ces personnes ont besoin d'un parcours de soin, beaucoup sont en sevrage forcé", a fait valoir Louise Le Caudey, responsable régional rétention à la Cimade. "On a affaire à des procédures à la va-vite, sans interprète. Des OQTF (obligation de quitter le territoire) ont été notifiées à des personnes venues de pays en guerre comme la Syrie, le Soudan, la Somalie", a-t-elle ajouté.

Parmi les requérants, Hamadou Diallo, 22 ans, un Ivoirien sans-abri qui a été interpellé à 9h20 et sa retenue s'est achevée à 19h02. "Dix heures sans avoir été alimenté", sans "examen sur sa vulnérabilité avant son placement en CRA", a alerté Me Sophie Weinberg. Pour cette avocate qui défend plusieurs hommes retenus, la préfecture de police a mené "des procédures de masse mais n'a pas eu les capacités à faire respecter les droits de chacun".

"On a des procédures montées grossièrement. On a demandé à un de mes clients l'adresse de sa tente!", s'est emportée l'avocate.

Depuis plusieurs années, les autorités peinent à résoudre la problématique du crack, un dérivé fumable et très addictif de la cocaïne, baptisé "drogue du pauvre" en raison de son faible coût (10 euros la dose). Les consommateurs ont été déplacés à plusieurs reprises, au gré de la colère des riverains au nord de la capitale.

Source : AFP

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité