Nuit de la solidarité : baisse du nombre de personnes sans-abri à Paris

Publié le Mis à jour le
Écrit par Elie Saïkali

Près de 2600 personnes sont sans-abri dans la capitale selon de premiers résultats de la Nuit de la solidarité 2022. Un chiffre en baisse par rapport au décompte effectué lors de l'édition de mars 2021. Nouveauté de cette année : une dizaine de communes de la métropole du Grand Paris ont participé à l'opération.

2600 personnes sont actuellement à la rue dans la capitale. C’est ce qui ressort des premiers résultats de la cinquième Nuit de la solidarité de janvier 2022 et divulgués par la mairie de Paris ce mardi 1er février lors d’une conférence de presse. Ce chiffre est en baisse de 8% — ce qui représente 229 personnes — par rapport à l’édition précédente qui affichait 2829 personnes sans-abri.

Sur ces 2600 personnes recensées cette année, 1893 ont été rencontrées dans les rues de Paris. Les 707 autres l’ont été dans "d’autres secteurs" : les talus du Périphérique, des campements, des parcs, les bois de Boulogne et de Vincennes, les gares, les stations de métro, les parkings, les hôpitaux… 78,5% des sans-abri rencontrés sont seul(e)s, 16% dans des groupes de 5 personnes ou plus, et 5,5% sont des couples ou des familles.

Dans la nuit du 20 au 21 janvier 2022, ce sont ainsi près de 2000 bénévoles — divisés en équipes —, encadrés par près de 400 professionnels de l’action sociale qui ont sillonné les rues de Paris afin d'aller à la rencontre de personnes à la rue et en situation de grande difficulté pour échanger avec elles.

Comme le rappelle l’Hôtel-de-Ville sur son site internet, la Nuit de la solidarité a pour objectif de "mieux connaître les profils et les besoins des personnes à la rue afin d'adapter au mieux les dispositifs d'urgences et sociaux, destinées à ces populations en situation de fragilités multiples".

Élargissement géographique

Cette cinquième Nuit de la Solidarité a par ailleurs été particulière à bien des égards. Elle ne s’est pas limitée qu’à Paris. Elle a, pour la première fois, été élargie, à titre expérimental à l'échelle métropolitaine. Une dizaine de communes de la Métropole du Grand Paris ont participé : Aubervilliers, Bobigny, Bondy, Courbevoie, Gagny, Romainville, Rosny-sous-Bois, Rueil-Malmaison et Saint-Denis. Ce sont 550 bénévoles — volontaires comme professionnels — qui ont été mobilisés dans ces territoires. Dans ces communes, les mobilisés ont recensés 487 personnes sans-abri, dont 240 personnes dans un campement familles sur un terrain privé à Bobigny.

Par ailleurs, une attention particulière a été apportée cette année à l'évaluation de l'impact de la crise sanitaire sur la précarité et les situations de rue à Paris.

Adjointe à la maire de Paris en charge des inégalités et présente lors de la conférence de presse de ce mardi, Léa Filoche précise que d’autres communes "ont fait part de leur intérêt pour l'année prochaine en complément des 9 pionnières [celles qui ont participé cette année, ndlr] : Saint-Ouen, Nanterre, Pantin, Montreuil, Charenton, Alfortville, Issy-les-Moulineaux".