• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Le collectif “Sciences en marche” manifeste jeudi à Paris

Plusieurs milliers de scientifiques avaient manifesté le 17 octobre à Paris / © PATRICK KOVARIK / AFP
Plusieurs milliers de scientifiques avaient manifesté le 17 octobre à Paris / © PATRICK KOVARIK / AFP

Le collectif "Sciences en marche" et des organisations syndicales appellent à manifester jeudi à Paris pour défendre l'emploi et les crédits dans l'enseignement supérieur et la recherche. La manifestation partira à 14H00 de l'université Paris VII Grands Moulins pour se rendre au Panthéon.

Par Emmanuèle Bailly

"Nous nous mobilisons pour l'emploi scientifique et pour obtenir des budgets correspondant aux besoins dans l'enseignement supérieur et la recherche", a déclaré à l'AFP Michelle Lauton, coordinatrice syndicale au Snesup-FSU, premier syndicat du secteur. A Paris, la manifestation partira à 14H00 de l'université Paris VII Grands Moulins pour se rendre au Panthéon.

Les manifestants "dénoncent les réductions de budget et du nombre des emplois dans l'enseignement supérieur et la recherche", selon Mme Lauton. "Après des années de formation, certains jeunes docteurs se retrouvent au chômage alors qu'il y a des besoins dans tous les laboratoires", estime-t-elle. Soutenu par les organisations syndicales, le collectif réclame davantage de crédits et la création de nouveaux emplois pour la recherche et l'enseignement supérieur, "dans une crise profonde". 

Le collectif souhaite un «plan d'urgence»
Le collectif chiffre à 20 milliards d'euros sur 10 ans le "plan d'urgence" qu'il propose : augmentation des budgets de fonctionnement des universités et des organismes de recherche et plan pluriannuel de création d'emplois statutaires.

Dans le viseur des chercheurs, la baisse de 70 millions d'euros du budget alloué aux universités, prévue dans le projet de loi de finances 2015 voté en novembre à l'Assemblée nationale. Le programme Formations supérieures et recherche universitaire est passé de 12,79 milliards d'euros dans le projet de loi de finances initial, à 12,72 milliards après son passage devant les députés, relève L'Etudiant.

Une coupe dénoncée par les étudiants, mais aussi par les présidents d'université. Fin novembre, le secrétariat d'Etat avait souligné que ces restrictions toucheraient tous les ministères, sans exception, mais il relevait également "l'évolution positive des moyens de fonctionnement" pour les universités françaises, rapporte encore L'Etudiant.

"Ruines d'universités", un site qui répertorie les photos des locaux dégradés des universités
Le collectif Sciences en marche, constitué de chercheurs et enseignants, a lancé un blog qui montre l’état de délabrement de certaines universités. Quel pays peut prétendre à la qualité de sa recherche, à l’excellence de la formation des jeunes générations, en nous laissant travailler dans des établissements délabrés ?", demande Sciences en marche. De nombreux centres de recherche et universités sont aujourd'hui au bord de la ruine (financièrement) poursuit le collectif. Résultat ? Beaucoup tombent en ruines (littéralement) ! Sciences en marche entend dénoncer les conditions matérielles affectant le travail des personnels et des étudiants. Le manque de moyens a des conséquences sur la qualité de l'enseignement et de la recherche, mais aussi sur nos vies quotidiennes !
Toilettes de Paris 8 / © Tumblr
Toilettes de Paris 8 / © Tumblr
Toilettes de Paris 8 / ©
Toilettes de Paris 8 / ©


Plusieurs milliers de scientifiques - 8.000 selon les organisateurs - avaient déjà manifesté le 17 octobre à Paris, à l'appel du même collectif, pour réclamer
des moyens pour la recherche. Auprès des représentants des collectifs et des enseignants qu'elle avait alors reçus, la secrétaire d'État à la Recherche, Geneviève Fioraso, "s'était engagée à une constance des moyens pour l'enseignement supérieur et la recherche", a précisé le ministère.

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus