Les Franciliens produisaient autant de déchets en 2022 qu'en 2015

replay

Chaque année, plus de deux milliards de tonnes de détritus ont été produits dans le monde en 2021. Seuls 15% d'entre eux sont valorisés. Pour lutter contre ce gaspillage industriel, les designers ne manquent pas d'idées pour redonner de la valeur à ces déchets. C'est d'ailleurs le thème d'une exposition à la Cité des sciences à Paris. Aurélie Tupek est chargée d'études à l'observatoire régional des déchets d'Île-de-France.

Sommes-nous entrés dans une ère de réduction des déchets dans notre région ?

Aurélie Tupek : Malgré nos objectifs nationaux et régionaux et les multiples initiatives des collectivités, on n'arrive pas encore à réduire nos déchets. En 2022, un Francilien produit encore 452 kilos de déchets par an. On est au même niveau qu'en 2015, on a encore des efforts à faire. Ces déchets ce sont des déchets du quotidien mais également nos déchets occasionnels comme les déchets végétaux ou les déchets déposés en déchetterie.

Y a-t-il des pistes pour améliorer le traitement des déchets ?

Aurélie Tupek : Il y a des pistes créées par des industriels, des start-ups mais aussi des initiatives d'associations notamment des entreprises sociales et solidaires qui s'allient à des collectivités comme c'est le cas avec la communauté de communes du Val d'Essonne, pour venir récupérer des meubles ou de l'électroménager pour réparer, réemployer et mettre à destination des ressourceries.

Côté privé, est-ce que vous connaissez des entreprises qui investissent le domaine du traitement des déchets avec des solutions ?

Aurélie Tupek : Au niveau local on a des initiatives de start-up notamment Le Pavé, une start-up en Seine-Saint-Denis qui crée des matériaux de construction et d'ameublement à partir de plastique recyclable et recyclé. L'enjeu, même si le taux de recyclage est à améliorer, est de réduire notre consommation et notre production de déchets.