Mort de Cédric Chouviat : une "remise en situation" sur les lieux de l'opération de police

Cédric Chouviat avait été interpellé lors d'un contrôle policier à Paris le 3 janvier 2020, avant de décéder deux jours plus tard. Une remise en situation s'est déroulée sur les lieux, ce mercredi 25 janvier, en présence des avocats des deux parties mais sans les policiers en cause.

Une remise en situation a eu lieu à Paris, ce mercredi 25 janvier au matin. Elle s’est déroulée sur les lieux de l’interpellation de Cédric Chouviat. Il s’agit d’un livreur décédé le 5 janvier 2020. Le père de famille de 42 ans avait été interpellé deux jours avant lors d’un contrôle de police. Il avait été plaqué au sol avec son casque de moto sur la tête lors de ce contrôle, provoquant son malaise. Hospitalisé dans un état critique, il a été déclaré mort 48 heures plus tard.

Remise en situation sur fond de mises en examen

Trois des quatre policiers qui ont participé à ce contrôle ont été mis en examen en juillet 2020 pour "homicide involontaire" dans le cadre de l'information judiciaire ouverte sur ce drame, tandis qu'une quatrième policière a été placée sous le statut moins incriminant de témoin assistée. Plusieurs expertises médicales ont mis en cause les gestes d'interpellation des policiers. La famille de Cédric Chouviat soulève depuis la question de l'intentionnalité des violences de leur part, leur reprochant de n'avoir pas réagi assez vite aux signes d'asphyxie de la victime, qui a répété neuf fois "j'étouffe" en treize secondes avant de faire un malaise.

 

La remise en situation était organisée sur les lieux de l'interpellation, quai Jacques-Chirac, à 100 mètres de la Tour Eiffel. Cet événement visait à recréer les conditions sonores du 3 janvier 2020, circulation routière comprise, pour savoir si les policiers étaient en mesure d'entendre le livreur de 42 ans. Les forces de l'ordre ont filtré la circulation sans l'arrêter, organisant un périmètre. La scène s'est déroulée en présence de magistrats, de membres de la famille du livreur et de deux de leurs avocats, Mes Vincent Brengarth et Arié Alimi, mais sans les policiers mis en cause.

Les avocats de la défense et des parties civiles en désaccord

Pour les besoins de la remise en situation, qui a duré une heure et demie, Me Alimi a enfilé le casque qui appartenait à Cédric Chouviat, sur lequel figure la mention "scellé", et s'est allongé à terre.

"Il n'y a pas de doute sur le fait" que deux des policiers "ont entendu Cédric dire "j'étouffe" à plusieurs reprises", a déclaré le père de la victime, Christian Chouviat, à l'issue de la remise en situation.

"Pour nous, il ne fait plus de doute du tout que les policiers ont entendu "j'étouffe", et le fait de ne pas s'être arrêté entraîne forcément pour nous une requalification criminelle", a abondé Me Alimi. "L'homicide volontaire est beaucoup plus adapté", d'après lui.

Egalement présent, Me Thibault de Montbrial, avocat de deux policiers dont le principal mis en cause, a estimé au contraire que cette remise en situation n'avait "rien donné de concluant" car il y avait "trop de paramètres incertains". Même avis pour Me Laurent-Franck Liénard, avocat du troisième policier: "Il y a trop de paramètres subjectifs pour établir une vérité à l'issue d'opérations empiriques par nature", a-t-il estimé.

Une première remise en situation avait déjà été prévue fin décembre avant d'être annulée in extremis. Selon deux sources proches du dossier, une reconstitution en salle des gestes des policiers puis de dernières auditions sont prévues avant une possible clôture de l'enquête.

Source : Agence France-Presse

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité