Notre-Dame-de-Paris : des boules puantes dans les bénitiers

Mystère à Notre-Dame de Paris. Que se passe-t-il avec l'eau des bénitiers ? Des visiteurs se sont sentis incommodés après s'être signés à l'entrée de la cathédrale. Etait-ce un acte de malveillance ou une mauvaise farce ?

Dimanche 12 août, les bénitiers étaient vides. Ils ont même été javellisés par précaution. Impossible donc de faire trempette pour les fidèles venus dimanche assister à la messe. Les croyants du cru et les touristes s'épargnent ainsi bien des déconvenues.

Car vendredi dernier, des visiteurs ont mis un doigt dans l'eau bénite et un pied dans la quatrième dimension. Maux de tête, picotements au visage, comme si l'eau était intoxiquée.

Alors qui a eu cette idée folle, un jour, de verser des fioles ? Pour l'Eglise, qui en a vu d'autres, c'est une tempête dans un verre d'eau, pas bénite.

"Je pense, que ce sont deux ou trois potaches qui ont mis des boules puantes mais qui sentaient l'ail d'ailleurs. C'est étonnant. Et je dois dire que j'ai une de mes salariées qui a été affolée et qui croyait quasiment que c'était une attaque chimique", explique Monseigneur Patrick Chauvet, recteur-archiprêtre de Notre-Dame de Paris. 

"Pas d'affaire"

Le maire du 4e arrondissement de Paris relativise aussi : "Il n'y a pas d'affaire, il arrive souvent que l'eau des bénitiers soit corrompue si on peut utiliser ce terme-là, parce que des gens y jettent des choses par mégarde ou parfois par farce. Aujourd'hui, il n'y a rien. Ce sont les acteurs principaux qui le disent."

De fait, pour la préfecture de police, c'est un non-événement. Aucune plainte n'a été déposée et aucune officielle ouverte. Voilà un mystère vain qui laisse l'église catholique, de glace.
 
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité