"Nous n’avons aucun lien avec le dirigeant russe" : un restaurant de poutine reçoit des menaces depuis l’invasion russe de l’Ukraine

Publié le Mis à jour le
Écrit par Tom Rousset

La chaîne de restaurants la Maison de la Poutine a dû démentir publiquement tout lien avec Vladimir Poutine après avoir reçu de nombreux messages et appels malveillants depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

"Des blagues de la part de plaisantins". Voici comment Guillaume Natas, cofondateur de la Maison de la Poutine qualifie les appels reçus par les différents restaurants de la chaîne. Depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine, ces fast-foods qui proposent un plat typiquement québécois reçoivent de nombreux appels malveillants. La raison ? Les similitudes entre le nom du plat proposé, la poutine et celui du président russe Vladimir Poutine. Cela pourrait prêter à sourire si l'actualité n'était pas aussi lourde.   

Malgré les nombreux appels reçus, Guillaume Natas, qui a cofondé La Maison de la Poutine avec son frère en 2018, souligne également leur caractère comique. "Même si on en reçoit beaucoup depuis début mars, cela reste pour la plupart des cas, des appels sur un ton humoristique qu'il est difficile de prendre au sérieux". Pour lui, ceux-ci sont également symptomatiques "de la bêtise de certaines personnes ".

La nature des menaces a cependant inquiété les employés de certains restaurants. "Lorsque vous recevez tous les jours des appels vous expliquant que l'on souhaite bombarder votre lieu de travail ou bien casser des vitrines, cela joue sur votre moral. Ces appels stressent nos équipes et les empêchent de travailler sereinement", explique le fondateur. Il nuance cependant ses propos en indiquant que ces incidents n'ont eu aucun impact sur le chiffre d'affaires de l'entreprise.

Les fondateurs de la chaîne de restaurants ont réagi en publiant un communiqué sur les réseaux sociaux pour démentir tout lien entre le dirigeant russe et le plat servi dans les Maisons de la Poutine. "Notre plat n'est pas lié au régime russe et à son dirigeant," affirme le restaurant.

Ce dernier suggère même dans un tweet ironique que soit adopté en France l'orthographe anglo-saxonne du nom du président russe, à savoir "Putin" afin d'éviter la confusion. En outre, le restaurant de fast-food assure son soutien au peuple ukrainien en expliquant qu'il s'efforce de porter des valeurs de la joie et du réconfort auprès de ses clients.

La poutine, symbole de la gastronomie québécoise

La poutine est un plat d'origine québécoise à base de frites et de fromage en grains, un fromage nord-américain. On y ajoute souvent une viande de bœuf ou de volaille en guise de protéines. Pour assaisonner le tout, la poutine est cuisinée avec une sauce assez épaisse à base de viande. Développée d'abord parmi les classes populaires québécoises dans les années 1950, son invention reste disputée par plusieurs restaurants. Ce plat connaît aujourd’hui un franc succès dans le monde entier. Sa consistance riche en fait un des plats phares de la street food québécoise.

Quant à l’étymologie du mot, les explications divergent selon les sources. Il pourrait s’agir selon certaines d’entre elles, d’une adaptation du mot anglais "pudding". D’autres écrits affirment que le nom "poutine" signifie "bazar" en argot québécois. En France, ce sont d'abord les bars sportifs canadiens qui proposent ce plat à leur carte à la fin des années 2000.

Aujourd’hui, de nombreuses chaînes en font leur plat phare en région parisienne. La Maison de la Poutine compte 3 adresses dans la capitale. "C'est un plat qui fait du bien, car il est chaud et les ingrédients qui le composent ont un côté réconfortant. C’est un plat d’hiver qui tient au corps", raconte Guillaume Natas. Il explique en outre que si au fil du temps, ce plat est devenu de plus en plus gastronomique, les spécialistes étant même appelés au Québec les poutiniers, "il reste néanmoins symbolique d'une cuisine populaire, à l'image du hamburger", conclut-il.