Paris : 500 migrants mis à l’abri après quatre jours d’installation au jardin Villemin

Les migrants vivaient dans le jardin Villemin depuis dimanche, afin de demander un hébergement d'urgence. L’association Utopia 56 salue une "victoire" ce jeudi, mais dit "rester vigilant".

L’opération de mise à l’abri a commencé vers 6h30 ce jeudi.
L’opération de mise à l’abri a commencé vers 6h30 ce jeudi. © Utopia 56

L’opération a débuté tôt ce jeudi matin, vers 6h30. Près de 500 migrants qui occupaient le jardin Villemin, dans le Xe arrondissement de Paris, ont été prises en charge vers des structures d'urgence. Une vingtaine de bus étaient prévus pour mener l’évacuation.

Un mise à l'abri "rapide et dans le calme" selon Utopia 56, membre du collectif Réquisitions, à l'origine de l’installation. "Tout s’est passé calmement, raconte Maël de Marcellus, coordinateur d’Utopia 56 Paris. C’est une victoire pour les personnes présentes, ça leur permet de sortir de la rue."

On va rester vigilant

Maël de Marcellus, coordinateur d’Utopia 56 Paris

"Mais on va rester vigilant, pour que les personnes ne soient pas remises à la rue, souligne-t-il. Et aujourd’hui on estime qu’il y a plus de 400 personnes qui dorment sous des ponts à Paris en petite couronne."

Les migrants s’étaient installés au jardin Villemin suite à une manifestation organisée pour le droit au logement, dimanche après-midi sur la place de la République. Au cours de ce rassemblement, 470 personnes avaient été mises à l’abri selon la préfecture de la région Île-de-France.

"On continuera tant que ça sera le seul moyen d’obtenir des hébergements"

Des centaines d’autres migrants n’avaient pas été pris en charge, selon les associations. Le DAL (Droit Au Logement) avait par ailleurs pointé du doigt du "matraquage" et l’usage de gaz lacrymogène par les forces de l’ordre lors de la manifestation place de la République.

De nationalité afghane, soudanaise, érythréenne ou encore soudanaise, "une grande majorité des personnes présentes" lors de l’événement sont "demandeuses d’asile et sont arrivées sur le territoire français ces derniers mois" selon Utopia 56.

Le jardin Villemin est le 6e lieu investi par le collectif Réquisitions depuis janvier. L’opération fait en autres suite aux occupations d’une école maternelle désaffectée dans le XVIe arrondissement et du gymnase Japy dans le XIe arrondissement.

Le collectif n’exclut pas de mener d’autres actions similaires prochainement. "On n’a pas le choix, annonce Maël de Marcellus, coordinateur d’Utopia 56 Paris. On continuera tant que ça sera le seul moyen d’obtenir des hébergements."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration sdf