Paris : grève au Park Hyatt Paris-Vendôme

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuèle Bailly
En septembre 2013, le personnel sous-traitant travaillant à l'hôtel de luxe Park Hyatt à Paris était déjà en grève pour dénoncer leurs conditions de travail.
En septembre 2013, le personnel sous-traitant travaillant à l'hôtel de luxe Park Hyatt à Paris était déjà en grève pour dénoncer leurs conditions de travail.

Le personnel sous-traitant travaillant à l'hôtel de luxe Park Hyatt à Paris sont en grève illimitée pour dénoncer leurs conditions de travail depuis vendredi. En clin d'oeil à la fashion week, un rassemblement du personnel sous la forme d'un «défilé de mode alternatif» aura lieu à partir de midi.

Des salariés travaillant pour des sous-traitants sont en grève illimitée et manifestent depuis vendredi devant l'hôtel pour dénoncer leurs conditions de travail. Les agents de service (femmes de chambre, valets ou équipiers) en sous-traitance demandent l'embauche par le groupe Hyatt, un 13e mois, le paiement des heures supplémentaires et l'amélioration de leurs conditions de travail. Pour exemple, le salaire à temps plein d'une femme de chambre est d'environ 1400 euros alors qu'une chambre dans ce palace peut se louer jusqu'à 16.000 euros, la nuit. Ils avaient déjà fait grève la semaine dernière. "La direction de l'hôtel a voulu insister sur le fait que la grève était uniquement un problème de sous-traitance, mais ce n'est pas vrai. De nombreux collègues du groupe nous soutiennent, mais craignent des représailles", a déclaré samedi Harold Kreyder, voiturier-bagagiste et délégué syndical CGT.

Dans son communiqué du 22 septembre la direction Park Hyatt Paris Vendôme indique qu'elle n'est "aucunement partie prenante dans le conflit qui oppose le prestataire et ses salariés"

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.