• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Paris : la maison de prêt-à-porter Sonia Rykiel en liquidation judiciaire

Sonia Rykiel en 2010. / © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Sonia Rykiel en 2010. / © FRANCOIS GUILLOT / AFP

Faute de repreneurs, la fameuse maison de couture va disparaître, trois ans après la mort de sa fondatrice : la styliste parisienne Sonia Rykiel. La société employait 134 salariés.

Par PDB/AFP.

Trois ans après le décès de Sonia Rykiel, c’est au tour de sa maison de couture de disparaître. La société, qui employait 134 salariés, n’a pas échappé à sa liquidation, prononcée jeudi par le tribunal de commerce de Paris.

Placée en redressement judiciaire depuis avril dernier, la maison connaissait d'importantes pertes financières. Parmi la petite dizaine de repreneurs potentiels, un seul avait été retenu un temps dans la course, avant d’être rejeté faute de garanties nécessaires.

134 salariés

La maison, qui employait 134 salariés, faisait face à un essoufflement créatif d’après Arnaud Cadart, gérant de portefeuilles chez Flornoy & Associés :

« Si Sonia Rykiel ça parle aux Parisiens, depuis 25 ans la marque perdait de la vitesse parce qu'elle n'a pas su conquérir de nouvelles clientèles, chinoises notamment, et elle n'a jamais réussi à faire quoi que ce soit en accessoires et en maroquinerie, qui sont le nerf de la guerre dans la mode. »

Une renaissance de la marque après la liquidation ?

Des erreurs stratégiques et de positionnement à l’origine de résultats désastreux : l’an dernier, la marque avait enregistré une perte nette de 30 millions d'euros pour 35 millions d'euros de ventes.

Ce cas de liquidation judiciaire reste rare dans le prêt-à-porter français. Le nom « Sonia Rykiel » va ceci dit être vendu en tant qu'actif à la suite de la procédure, ce qui pourrait être synonyme d’une renaissance de la marque à l’avenir.
 

Sur le même sujet

Une nouvelle oeuvre de Jeff Koons à Paris

Les + Lus