Plus de 15 000 manifestants attendus pour la « marche de la colère » des policiers mercredi à Paris

Les policiers partiront de la place de la Bastille pour rejoindre celle de la République, mercredi à Paris (illustration). / © IP3 PRESS/MAXPPP
Les policiers partiront de la place de la Bastille pour rejoindre celle de la République, mercredi à Paris (illustration). / © IP3 PRESS/MAXPPP

Pour leur « marche de la colère » mercredi à Paris, les syndicats policiers espèrent voir défiler entre 15 000 et 20 000 manifestants dans les rues de la capitale. Un rassemblement lancé sur fond de vague de suicides au sein de l’institution et de réforme des retraites.

Par France 3 Paris IDF / AFP

Mercredi, la police sera dans la rue. Les fonctionnaires défileront en effet cette semaine à Paris pour une « marche de la colère », à l'appel d'une intersyndicale inédite depuis près de 20 ans. Dans les rues de la capitale, les organisations policières – réunies exceptionnellement, tous corps et tous grades confondus – attendent entre 15 000 et 20 000 participants.
Pour ce qui est du parcours, le cortège partira vers 12h30 de la place de la Bastille pour rejoindre celle de la République. Une telle manifestation unitaire n’était pas arrivée depuis 2001, de mémoire de syndicalistes policiers. A l'époque, la mobilisation avait été déclenchée par le meurtre de deux policiers au Plessis-Trévise, dans le Val-de-Marne, par un braqueur récidiviste.

Vague de suicides, usure liée aux gilets jaunes et réforme des retraites

Cette fois-ci, l’appel à défiler est né d’un malaise général au sein de l'institution, avec une hausse des suicides et l’approche de la réforme des retraites. Un malaise favorisé aussi par l’usure opérationnelle liée au mouvement social des gilets jaunes, où la police a été accusée de violence.
Les revendications se concentrent autour de cinq points : « l'amélioration de la qualité de vie au travail », « une véritable politique sociale pour les agents du ministère de l'Intérieur », « une réponse pénale réelle, efficace et dissuasive », « la défense des retraites » et une future loi d'orientation et de programmation « ambitieuse ».
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus