Quatre départements d'Île-de-France placés en vigilance sécheresse

Le niveau 1 du dispositif de la gestion de la sécheresse a été déclenché jeudi par les préfectures de Paris et de trois départements d'Île-de-France. Non contraignant, ce premier acte du plan sécheresse cherche à sensibiliser les usagers sur leur consommation d'eau.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Le déficit pluviométrique que connaît le bassin de la Seine depuis le début du mois de mai, combiné aux températures élevées du mois de juin, entraîne une baisse progressive et généralisée des débits des cours d'eau", annonce par voie de communiqué les préfectures d'Île-de-France et de Paris.

"Les débits de la Seine à Alfortville et de la Marne à Gournay-sur-Marne ont ainsi atteint, les 7 et 8 juin, des débits correspondant aux seuils de vigilance sécheresse", poursuit la préfecture. C'est suite à cela que le niveau 1 de la vigilance sécheresse a été déclenché par le préfet de la région Île-de-France ainsi que les préfets des départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne).

Réduire sa consommation d'eau

Cette vigilance n'est pas restrictive mais vise à "adopter une gestion économe de l'eau afin de préserver la ressource." Dans les faits, il est préconisé d'éviter tout usage de l'eau qui ne serait pas essentiel comme le lavage des voitures. De réduire la consommation d'eau domestique, de limiter l'arrosage des espaces verts ou encore de "réduire le lavage des voies et des trottoirs au strict nécessaire de salubrité".

Le dispositif sécheresse comprend quatre niveaux : vigilance, alerte, alerte renforcée et crise. Il a pour but de définir les usages prioritaires de santé, de sécurité et d'alimentation en eau potable lorsque la ressource se raréfie.