Sport, entrepreneuriat, solidarité : ces Franciliens qui s’engagent pour la réussite des autres

durée de la vidéo : 00h14mn33s
Sport, entrepreneuriat, solidarité : ces Franciliens qui s’engagent pour la réussite des autres - reportage de Tania Watine ©France 3 PIDF

Les cités, qui souffrent parfois d’une mauvaise image, regorgent de talents et de personnes engagées au service des autres. À Cergy, Villiers-le-Bel et Garges-les-Gonesse, nous avons rencontré trois Franciliens qui tirent les jeunes et les moins jeunes vers le haut.

Emmanuel Dos Santos est entraîneur bénévole dans l’un des meilleurs clubs de boxe anglaise en France. Grâce à son investissement, le Boxing Club de Garges les Gonesse compte aujourd’hui 6 championnes de France, d’Europe et du monde, dont une, Davina Michel, qualifiée pour les Jeux Olympiques 2024.

Cette énergie, cette capacité à tirer le meilleur des autres, ce Gargeois de 47 ans a décidé d’en faire son métier : coach d’insertion par le sport. Soutenu par l’APELS (Agence pour l’éducation par le sport) et la mairie de Garges-les-Gonesse, Emmanuel Dos Santos a monté la première Ecole d’inclusion par le sport. En 2 ans, avec son équipe de coachs sportifs, il a déjà accompagné 190 jeunes vers l’emploi ou vers une formation qualifiante.

« Discipline, savoir, solidarité »

À 5 kilomètres de là, à Villiers-le-Bel, Naghmana Kayani a fondé une association qui aide 3000 familles par an. « Ensemble pour le développement humain » propose du renforcement scolaire, des sorties culturelles, des actions citoyennes, de l’éducation à la santé, de l’aide alimentaire, etc. Un accompagnement tout azimut proposé à tous ceux qui ont besoin d’aide et la volonté de s’en sortir.

Naghmana Kayani est arrivée du Pakistan, sans connaître un mot de français, à l’âge de 12 ans. À 49 ans, elle est à la tête d’une association de 9 salariés et 70 bénévoles. L’association « EPDH », elle l’a montée seule, en 2005 en parallèle de son travail de neurobiologiste. Puis elle a quitté son métier pour se consacrer totalement aux autres. Le slogan de son association connue dans tout l’Est du Val d’Oise: « discipline, savoir, solidarité ».

"American dream"

La solidarité, c’est aussi son ADN. Moussa Camara a grandi au sein d’une famille nombreuse dans les cités de Cergy Préfecture. Très jeune, il s’est investi pour son quartier. À 20 ans, avec des copains, il monte « Agir pour réussir », une association qui veut améliorer la vie des habitants et éviter que les jeunes ne tombent dans la délinquance.

Repéré par une fondation américaine, il part à Washington suivre une formation. Jeune entrepreneur dans les Télécoms, il décide à son retour d’aider les autres à réussir, à monter dans l’ascenseur social. À 30 ans, il crée « les Déterminés ». Une association financée par des mécènes qui propose 6 mois de formation et d‘accompagnement gratuits à tous les gens déterminés, issus de banlieue ou de zones rurales, qui veulent créer leur entreprise.

En 8 ans, son association a aidé plus de 1900 entrepreneurs à réaliser leur rêve, et donc presque autant de nouveaux patrons à créer des richesses et des emplois.