• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Street art : Suisse, Japon... Les oeuvres de Line-street voyagent grâce aux réseaux sociaux

Une oeuvre de l'artiste Line-street, fruit de son concept d'art nomade. / © France 3 Paris IDF
Une oeuvre de l'artiste Line-street, fruit de son concept d'art nomade. / © France 3 Paris IDF

Line-street est un artiste de street art, originaire de Caen. Il a opté pour le concept "line-street" du pigeon voyageur pour ses oeuvres, et dépose des tableaux dans le monde entier. Le but étant de l'offrir à un inconnu qui les déposera ailleurs. Près de 80 oeuvres ont voyagé. Rencontre à Paris.

Par France 3 Paris IDF/ET

Des oeuvres d'art disséminées dans la ville. C'est le concept de l'artiste français de street art Line-street. Nous l'avons rencontré dans les rues de Paris, alors qu'il déposait certaines de ses créations à adopter.
Le principe : faire voyager les oeuvres d'art, ne surtout pas les enfermer entre quatre murs, ne pas confisquer l'art. Munie d'un code-barres, chaque oeuvre de l'artiste est identifiée et localisée. Charge aux internautes de la récupérer et de la faire circuler, tel un pigeon voyageur.
 

Géolocalisée et destinée à voyager

Une fois réalisés, les tableaux sont photographiés, publiés sur Instagram, et déposés dans un lieu public. Ainsi en est-il de cette oeuvre déposée ce jour-là devant l'Assemblée nationale. Quelques minutes après, magie des réseaux sociaux, un jeune homme accourt pour s'en emparer. "Dès que j'ai vu la publication, j'ai couru depuis la place de la Concorde pour la récupérer", explique ce dernier.

Aujourd'hui, il y a peu de choses gratuites. C'est une façon de démocratiser un peu l'art.

"Autant qu'il soit accroché autre part que dans un placard, qu'il soit chez d'autres personnes", confie Mate, alias Line-street. "Aujourd'hui, il y a peu de choses gratuites. C'est une façon de démocratiser un peu l'art."A ce jour, Line-street a déjà déposé 80 créations, dans le cadre de son projet... Des oeuvres qui ne cessent de bouger à travers la planète : en Islande, à Paris, mais aussi de Malte, à la Suisse en passant par le Japon.
 

Sur le même sujet

ITW de Michel Cadiot, préfet de région

Les + Lus