Cet article date de plus de 6 ans

Surfer à Paris, c’est bientôt possible

En région parisienne, entre 180 000 et 650 000 surfeurs attendent chaque année les vacances pour prendre les vagues. Bientôt, ils n’auront plus qu’à prendre les transports en commun, car un spot de surf s’installe à 30 minutes de la capitale.
Une piste de surf "indoor" (intérieure).
Une piste de surf "indoor" (intérieure). © wikicommons.
Le surf à Paris, ce n’est pas que sur le web, du moins pas pour le moment. Le projet vient de la société Waves in City qui compte installer un complexe de surf à 30 minutes de la capitale. D’après un article de 20minutes, Waves in City ouvrira les portes de son spot parisien d’ici l’été 2016, bien qu’aucun lieu ne soit encore choisi pour le projet.

«Les critères d’implantation sont extrêmement rigoureux et plusieurs sites potentiels sont en discussion avancée. Celui-ci doit se trouver à maximum 30 à 45 minutes du centre de Paris, et surtout, être bien desservi par les transports en commun», explique Jérôme Villeminot, co-porteur et financier du projet, au quotidien.

Une vague, une vraie

L’idée de Waves in City à Paris est de proposer tout un ensemble de services lié et dédié au surf et à son univers. Avec ses bassins à vagues artificielles, extérieurs et intérieurs, Waves in City proposera également une école de surf, un musée du surf, un skatepark, une plage, un bar, un restaurant, et des boutiques d’équipements pour la glisse. En gros, tout ce qu’il faut pour que les Franciliens aient enfin un spot digne de ce nom.

«Il y a toujours eu un marché, mais à l’époque les structures et les technologies n’étaient pas abouties pour se lancer dans un tel projet. Aujourd’hui, on a enfin les capacités et les ressources pour le créer», explique Jérôme Villeminot au quotidien.

Evidemment, le plus important est de proposer aux surfeurs une vague aussi parfaite que nature, les inconvénients en moins. Plus besoin d’attendre pendant des heures que la mer cesse ses caprices. Un bon surfeur pourra prendre jusqu’à 17 vagues par heure, soit au moins trois fois plus que sur l’océan… Pour les professionnels, ce sera un outil majeur de l’entraînement.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sports nautiques insolite