Une coupole survole Notre-Dame de Paris pour être posée sur un bâtiment mitoyen

La coupole est arrivée par barge de la Seine et a été posée sur un bâtiment haussmannien utilisé par la Préfecture de police de Paris. L'édifice sera totalement restauré d'ici un an.

Ce dôme de 6 tonnes a été posé sur un bâtiment utilisé par la Préfecture de police de Paris.
Ce dôme de 6 tonnes a été posé sur un bâtiment utilisé par la Préfecture de police de Paris. © France 3 Paris Ile-de-France

Opération risquée dans le cœur de Paris ce vendredi matin. Sous le regard très intéressé des passants, des équipes d'ouvriers spécialisés ont posé une coupole de 6 tonnes sur un bâtiment de la fin du XIXe siècle pour qu'il retrouve son aspect d'origine.

"Le dôme par barge par convoi exceptionnel de Clermont-Ferrand à Charenton. On a assemblé les deux parties du dôme à Charenton puis par barge jusqu'ici. Aujourd'hui, on va venir le gruter sur le toit du bâtiment en face", raconte Tiphaine Defay, conductrice de travaux.

Cette coupole, faite en bois et ardoise, a été conçue à Clermont-Ferrand. Deux grues ont été nécessaires pour le déplacer et le poser à sa destination finale. Une première l'a emmené de la Seine jusqu'en bas de Notre-Dame. Une autre grue mobile est ensuite venue le poser en haut du bâtiment.

"L'incendie a impliqué d'avoir une grande zone de chantier réservé à Notre-Dame autour du bâtiment. On a donc tout préfabriqué à l'extérieur, on fait le minimum d'intervention dans cette zone. Les ouvriers de Notre-Dame ont été conciliants avec nous puisqu'ils mettent à disposition leur grue pour donner un coup de main et permettre que notre chantier avance", poursuit-elle.

durée de la vidéo: 01 min 45
Une coupole survole Notre-Dame de Paris pour être posée sur un bâtiment mitoyen ©D. Morel, Y. Dorion et S. Lacombe

Trois ans de chantier

Ce bâtiment appartient à la Ville de Paris et abrite des services administratifs de la Préfecture de police de Paris. À l'origine, il s'agissait d'une annexe du BHV.

"C'est un miroir du bâtiment du BHV principal. Quand on retrouve les plans d'origine, on a une similitude parfaite des plaques céramiques. L'opération que l'on conduit ici, c'est de retrouver l'état originel de l'enveloppe", explique Laurent Le Houerou, chargé d'opération à la Préfecture de police.

La coupole a été transportée par voie fluviale depuis Charenton.
La coupole a été transportée par voie fluviale depuis Charenton. © France 3 Paris Ile-de-France

D'un coût de 10 millions d'euros, le chantier aura duré trois ans.

"Il y a un travail minutieux qui est fait sur les briques pour les nettoyer, les mettre en valeur, de compléter les plaques disparues. On retrouve les couleurs d'origine", ajoute-t-il.

Le chantier sera normalement terminé fin 2022.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
travaux publics économie insolite notre-dame de paris culture patrimoine