Places supplémentaires, ventilation, caméras… Dans les coulisses des trains rénovés pour le RER B

Dans les rames MI84 rénovées, le nombre de places passe de 216 à 312. / © P. de Baudouin / France 3 Paris IDF.
Dans les rames MI84 rénovées, le nombre de places passe de 216 à 312. / © P. de Baudouin / France 3 Paris IDF.

Plus de places assises, des caméras de vidéosurveillance, mais pas de climatisation… D’ici 2022, 31 trains « MI84 » rénovés circuleront sur le RER B. Aperçu des nouveautés dans les ateliers d’Alstom, situés à Reichshoffen dans le Bas-Rhin.

Par P. de Baudouin / France 3 Paris IDF.

D’ici 2022, 31 anciennes rames MI84 – qui datent des années 1980 – circuleront à nouveau sur le RER B. Pour le point sur l’avancement des rénovations, Valérie Pécresse, présidente de la région et d’Île-de-France Mobilités, a visité ce vendredi les ateliers d’Alstom, situés à Reichshoffen dans le Bas-Rhin.
L’idée est de prolonger la durée de vie des anciens trains, en attendant l'arrivée des 146 RER MING, flambant neufs, à partir de 2025. Plus gros changement des rames remises en état : le nombre de places passe de 216 à 312.
On trouve également des nouveaux sièges, des nouvelles barres de maintien, un nouveau revêtement de sol, un éclairage LED, mais aussi des caméras de vidéosurveillance. A défaut d’une climatisation, trop volumineuse à installer selon Alain Krakovitch, directeur général de SNCF Transilien, on trouve un système de ventilation réfrigérée.

« Il faut que ça arrive à l’heure »

Le budget total est de 94 millions d'euros. La livraison des trains rénovés a commencé en septembre, après un an de retard dû à la découverte d’amiante dans les véhicules. De quoi pousser Valérie Pécresse à mettre la pression sur Alstom :

Pour l’Île-de-France et le million de Franciliens qui va prendre ces 31 trains, ce n’est pas un petit marché. C’est important, et il faut que ça arrive à l’heure.

L'obtention du permis de mise en circulation des trains MI84 rénovés est attendue pour décembre 2019.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Recherche : dans les laboratoires, le blues des chercheurs français

Les + Lus