Régionales 2021 en Île-de-France : quels défis attendent Valérie Pécresse ?

Relance économique, inégalités sociales et territoriales, grands chantiers liés aux transports… Alors que les élections régionales viennent de s’achever dimanche soir avec la victoire de Valérie Pécresse, de nombreux enjeux concernent l'Île-de-France.

Quels sont les défis à venir pour Valérie Pécresse ces prochaines années ? Aux enjeux caractéristiques de l’Île-de-France, s’ajoute un contexte de crise lié à la pandémie. De quoi rendre encore plus complexes les challenges à relever sur le territoire.

Comment relancer l’économie face à la chute historique du tourisme ?

Elle a beau représenter à peine plus de 2 % du territoire national, l’Île-de-France concentre plus de 18 % de la population métropolitaine. Et c’est surtout la région qui produit le plus de richesses : un tiers du produit intérieur brut (PIB) français provient d’Île-de-France. Mais le moteur économique francilien a été durement touché par la pandémie. Tandis que les cinémas, les musées ou encore les restaurants ont été fermés pendant de longs mois, le tourisme s’est effondré.

L’Ïle-de-France a en effet accueilli 17,5 millions de touristes en 2020, soit 33,1 millions de moins qu’en 2019, d’après le Comité Régional du Tourisme (CRT). Une "chute historique de la fréquentation" qui frappe notamment les hôtels parisiens, en raison de l’absence de clientèle internationale. Alors que le développement économique et la formation professionnelle font partie de ses compétences, la Région va devoir agir contre les effets de la crise sanitaire.

Comment lutter contre les inégalités sociales et territoriales ? 

L’Île-de-France est à la fois le territoire le plus riche et le plus inégalitaire du pays. Les cadres et les ménages y sont certes surreprésentés, mais la région - au-delà de sa prospérité apparente - concentre aussi de nombreuses poches de pauvreté en banlieue, notamment en Seine-Saint-Denis et dans une moindre mesure dans le Val-de-Marne.

Comme l’explique Le Monde, le territoire est caractérisé par une très forte densité autour de la capitale : Paris, qui représente 13 % de la superficie francilienne, concentre 75 % de la population et plus de 80 % des emplois. Tandis que les disparités se creusent entre Paris et sa banlieue depuis des années, la crise sanitaire a également souligné ces inégalités.

Transports : comment gérer les grands chantiers ?

Parmi les nombreux projets de travaux qui concernent les transports en commun en Île-de-France,  le Grand Paris Express (GPE) est sans aucun doute le plus ambitieux. Avec un coût estimé à plus de 35 milliards d’euros, le chantier autour du "supermétro automatique régional" a lui aussi été touché par la crise sanitaire. En raison du retard pris au cours de la pandémie, le report de la mise en service des portions communes des lignes 16 et 17 (entre Saint-Denis et Le Bourget en Seine-Saint-Denis), prévue initialement pour les JO 2024, a déjà été confirmé.

D’autres changements de calendrier pourraient encore être annoncés. Pour rappel, les projets liés au GPE concernent :

A ces défis, viennent s'ajouter par ailleurs la vaste question de l'environnement et de la transition écologique, mais aussi l’enjeu des lycées : l’une des principales compétences de la Région, qui gère 465 établissements publics. L'une des préoccupations est la rénovation des bâtiments, des problèmes de vétusté touchant plusieurs lycées franciliens. C’est par exemple le cas du campus scolaire de Coulommiers, ou encore du lycée Rabelais dans le XVIIIe arrondissement de Paris, dont les élèves et les personnels ne pourront pas retrouver à la rentrée 2021 leur établissement d’origine, fermé depuis un an et demi.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections