Crack à Paris : le maire de Pantin dénonce le choix "honteux" de Gérald Darmanin

Ce vendredi matin, les toxicomanes du Jardin d’Éole et de Stalingrad ont été déplacés jusqu'aux abords de la place Auguste Baron, porte de la Villette. Un quartier à proximité des communes d'Aubervilliers et de Pantin (toutes deux en Seine-Saint-Denis).

Le maire (PS) de Pantin, Bertrand Kern, est (très) en colère. L’élu séquano-dyonisien a dénoncé en début d’après-midi la décision du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin – appuyé par le préfet de police de Paris – de déplacer les toxicomanes des secteurs du Jardin d’Éole et de Stalingrad (XIXème arrondissement) dans un autre coin de la capitale. Ces derniers ont été évacués par les forces de l’ordre dans des bus, direction : les abords de la place Auguste Baron, porte de la Villette, "dans un secteur sans riverains aux abords immédiats" selon le communiqué de la préfecture de police paru durant la matinée.

Lire aussi : Crack à Paris : opération d'évacuation dans le secteur des Jardins d'Eole et de Stalingrad

Un choix "honteux"

Bertrand Kern a tout de suite réagi. Dans un communiqué, il met en avant la "méconnaissance totale" de M. Darmanin concernant la "géographie parisienne". "L’endroit choisi sur lequel les toxicomanes vont être installés est à proximité directe du quartier des Quatre chemins de Pantin et d’Aubervilliers, l’un des quartiers les plus pauvres de France", affirme le maire de Pantin. "Par cette décision, le ministre de l’Intérieur piétine les élus locaux et s’essuie les pieds sur la Seine-Saint-Denis", ajoute-t-il, précisant par ailleurs que Gerald Darmanin a opté pour "la plus mauvaise solution : celle d’ajouter de la misère à la misère. Ce choix témoigne d’une véritable incompétence, il est tout simplement honteux !".

Rappelant être "inquiet pour la sécurité de toutes et tous, des riverains comme des toxicomanes", l'élu socialiste s'"oppose" à cette installation et "demande d’urgence un rendez-vous au Premier ministre afin qu’il prenne toutes les mesures sanitaires, sociales et sécuritaires indispensables". 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
drogue faits divers société