Vaccination des 18-49 ans : ils n'ont pas attendu le 12 mai pour se faire vacciner

Se protéger soi-même et ses proches, partir en vacances, prévenir une éventuelle contamination... les raisons poussant les 18-49 ans à se faire vacciner sont variées.

Une personne recevant une dose de vaccin. Photo d'illustration AFP/Kena Betancur
Une personne recevant une dose de vaccin. Photo d'illustration AFP/Kena Betancur

Ils ont entre 18 et 49 ans. Ils ne sont (théoriquement) pas prioritaires – du moins d’après le calendrier mis en place par le gouvernement – pour se faire vacciner contre la Covid-19. Et pourtant, ils sont parvenus à prendre rendez-vous et recevront (ou ont déjà reçu) leur première injection.

La vaccination connaît un coup d’accélérateur ces derniers jours. À partir de ce mercredi 12 mai, l'ensemble des adultes pourront prétendre à un vaccin s'ils trouvent un rendez-vous vacant dans les 24 heures qui suivent. Les réservations peuvent se faire dès ce mardi. Au micro de nos confrères de RMC, le PDG de Doctolib' Stanislas Niox-Château a de son côté affirmé ce mardi matin que "sur Doctolib, la prise de rendez-vous de vaccination pour tous les plus de 18 ans, pour les rendez-vous restés libres de la veille pour le lendemain, est disponible dès ce matin", rappelant au passage que 23 millions de Français sont concernés. Mais beaucoup n’ont pas attendu. 

Lire aussi : Vaccination ouverte à tous les majeurs : le mode d'emploi pour trouver un rendez-vous

Se faire vacciner vite

Thomas est l’un d’entre eux. Cet étudiant de vingt ans, originaire de Paris, doit se faire vacciner mercredi en fin d'après-midi. Il sait d'ores et déjà que c'est le vaccin Moderna qui lui sera administré. "J’ai pris rendez-vous lundi 10 mai pour être vacciné mercredi 12 mai en fin d’après-midi (…) j’ai pris le rendez-vous sur ‘vite ma dose’", nous confie-t-il. "J’avais déjà pris un rendez-vous pour un autre créneau auparavant, mais ce dernier ne me convenait pas. Donc j’ai annulé". En ce qui concerne ses motivations, "je veux me faire vacciner pour être tranquille, ne pas être infecté par le covid, un variant ou un covid long. Et si ça réduit la transmission tant mieux".

 

Ça faisait deux semaines que je regardais sur Keldoc (...) J'ai pris le rendez-vous pour le lendemain et j'ai été vacciné.

 

Un de ses amis, Aladin, s'est lui fait vacciner le 8 mai dans sa commune d'Enghien-les-Bains (Val-d'Oise). Il a reçu sa première dose de Pfizer BioNTech. "Ça faisait deux semaines que je regardais sur Keldoc. Et un jour je suis tombé sur un onglet pour prendre rendez-vous pour les plus de 18 ans. J'ai pris le rendez-vous pour le lendemain et j'ai été vacciné", nous confie-t-il, expliquant avoir choisi de se faire vacciner "pour protéger les gens" qu'il est amené à croiser, y compris ses parents.

"Protéger ma famille, protéger les autres, et moi aussi"

À Garches, dans les Hauts-de-Seine, d’autres ont simplement eu à envoyer un courriel à leur municipalité. "J’ai envoyé un mail hier à la mairie de Garches, ils m’ont répondu ce matin (…) et j’avais rendez-vous à 14h. Je m’attendais à ce que ce soit beaucoup plus compliqué que ça", explique de son côté un autre jeune homme. "J’avais ça en tête depuis un moment (…) pour être tranquille vis-à-vis de ça. Je ne sais pas si cela sera utile pour les variants mais au moins ce sera bon pour cet été", poursuit-il, expliquant avoir déjà tenté auprès d’un centre de vaccin auparavant, sans toutefois obtenir sa dose.

"[Je veux] protéger ma famille, protéger les autres, et moi aussi", ajoute une dame, également habitante de Garches, recouvrant son épaule tout juste vaccinée. "J’attendais d’être éligible. [Je suis] heureuse. Il n’y a plus qu’à passer à la deuxième dose", poursuit-elle, insistant sur la simplicité de la prise de rendez-vous et de l’organisation de la vaccination.

À la date du 9 mai 2021, plus de 2,7 millions de Franciliens ont au moins reçu une première dose de vaccin.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société