Fabrice Éboué : "Je profitais de l'aumônerie pour faire les quatre cents coups"

Célébrant ses vingt ans de carrière au grand écran, le comédien et humoriste Fabrice Éboué prend place dans le fauteuil noir du psychanalyste Gérard Miller ce vendredi 23 décembre à 18h40 sur France 3 Paris Île-de-France.

durée de la vidéo : 00h02mn32s
Fabrice Éboué se confie à Gérard Miller sur l'un de ses amis imaginaires : Arnold, de la série TV Arnold et Willy. ©France 3 Paris Île-de-France

En 1986, Fabrice a neuf ans. Il habite avec son père originaire du Cameroun et sa mère d’origine normande, ainsi que ses trois frères et sœurs à Vincennes, dans le Val-de-Marne, en petite couronne parisienne. À côté de chez lui vivait au 25 rue des Laitières, un personnage de son enfance : Bourvil

Fabrice Éboué a été élevé dans une famille catholique pratiquante : son père a fait ses études chez les Jésuites. Celui-ci lui a "conservé une réelle culture catholique qu’il a transmise à ses quatre enfants, dont moi", confie l'humoriste. 

"J'ai baigné dans la religion, mais mes souvenirs se résument au fait que je profitais de l'aumônerie pour faire mes concerts ou les quatre cents coups."

Fabrice Éboué

dans l'émission "Les Amis Imaginaires" sur France 3

"J’ai fait des écoles privées catholiques, tant qu’elles ont bien voulu me garder, et puis, j’ai été enfant de chœur", énumère celui qui a notamment été scolarisé au lycée La Providence d’Amiens, au même titre que le président de la République Emmanuel Macron. "Il avait un an d’avance et j’avais un an de retard, c'est pour ça qu'il y en a un qui a fini président et l’autre comique", avait-il livré sur le plateau de l’émission On est en direct sur France 2 en décembre 2021.

"Je n’étais pas un mauvais élève, mais j’étais turbulent. L’objectif de mes études était de créer et trouver la nouvelle farce à mettre en place."

Fabrice Éboué

dans l'émission "Les Amis Imaginaires" sur France 3

"J’étais très imaginatif, mais pas dans un sens scolaire à proprement dit", confie celui dont les parents ont fait de brillantes études, un père médecin gynécologue et une mère professeure agrégée. Tout comme leur père, son frère aîné et sa sœur cadette sont devenus médecins gynécologues. Il s’est donc retrouvé entre eux deux à tenter de faire “un pas de côté”. “Mon père a parfaitement réussi sa formation sur mes frères et sœurs. [...] C’est assez balèze de sa part d'avoir réussi à avoir deux enfants gynécos comme lui.”

Arnold et un voisin imaginaire

Au collège, le jeune Fabrice s’invente un ami avec qui il peut continuer à bavarder lorsque le professeur le change de place. “J’étais le petit rigolo. Un jour, je me retrouve au fond de la classe, seul. Je décide alors de me créer un voisin imaginaire.” Se sentant bafoué, il met alors son manteau sur la chaise voisine, ouvre un cahier et dispose les manches sur la table. “J’avais retrouvé quelqu’un pour discuter. C’était de la provocation en permanence, trouver la petite connerie qui va un peu trop loin", avoue-t-il. 

"Il s’agissait d’amuser les autres, c’est pour cela aussi que je suis devenu celui que je suis aujourd’hui.”

Fabrice Éboué

dans l'émission "Les Amis Imaginaires" sur France 3

Le personnage d'Arnold, de la série télévisée Arnold et Willy, a lui aussi bercé l'enfance de Fabrice Éboué. "Je voyais un enfant, avec la même couleur de peau que moi et la même coupe afro de l'époque, c'était Arnold", témoigne l'humoriste. Le petit Fabrice s'identifiait alors au "petit rondouillard" qu'était Arnold, toujours en bonne compagnie de son grand frère Willy. "Il résolvait tout par sa capacité d'humour, à faire rire les autres. Il était fasciné par son grand frère athlétique et beau gosse."

"Arnold et Willy, c'est exactement le même rapport que j'ai eu avec mon frère. [...] Je voyais ma vie."

Fabrice Éboué

dans l'émission "Les Amis Imaginaires" sur France 3

Aussitôt son baccalauréat obtenu, passé en candidat libre, il trace alors sa voie vers l’humour et la scène. À la suite de multiples représentations dans les cafés-théâtres parisiens, il finit par gagner la confiance de l’humoriste Jamel Debbouze au début des années 2000. Du Jamel Comedy Club à la comédie sur l'esclavage Case départ, tout en passant par le film satirique Fatal, s'enchaîne alors près de vingt ans de cinéma pour l'humoriste, acteur, scénariste et réalisateur qu'incarne Fabrice Éboué.

Fabrice Éboué l'avoue lui-même, il peut jouer le "sombre connard", comme le personnage tendre auquel on s'attache. "Je me sens proche, dans ma capacité d'interprétation, de personnages comme Jacques Villeret ou Donald, qui sont plutôt les victimes". Gérard Miller n'hésite pas à discerner chez lui un "en même temps" à la manière d'Emmanuel Macron, qu'il a côtoyé au lycée. "Dans votre film Barbaque, vous êtes un tueur épouvantable, et en même temps un type naïf" lui rétorque le psychanalyste.

À la sortie de Barbaque, dans lequel il joue aux côtés de Marina Foïs, Fabrice Éboué parvenait à ironiser sur les menaces de mort qu’il recevait, dans un entretien au Journal du Dimanche. "J’ai reçu des messages amicaux du genre : ‘Si on te croise, on te zigouille’. D'autres avaient plus d'humour : ‘T'aimes pas les vegans, mais tu as fait un bon navet’." "Il y a une tendresse étonnante chez vous, personne ne vous prend pour un méchant" analyse justement Gérard Miller.

"Quand on aime rire de tout, c'est ce que j'essaie de faire sur scène, je dis toujours qu'il faut commencer par soi-même. J'aime me tourner en dérision."

Fabrice Éboué

dans l'émission "Les Amis Imaginaires" sur France 3

Les Amis Imaginaires, à découvrir chaque soir en inédit à 18h40 sur France 3 Paris Île-de-France, et dès maintenant sur france.tv/idf.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité