Un policier se suicide avec son arme au commissariat de Fontenay-sous-Bois

Le drame s'est déroulé mercredi dans les locaux du commissariat de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne) où le policier travaillait. L'homme a retourné son arme de service contre lui. Une cellule psychologique a été mise en place.

Le corps de cet homme de 37 ans, père de deux enfants, a été découvert par ses collègues mercredi vers 10 heures 30 dans les vestiaires du commissariat, confirme le parquet de Créteil. Une source policière a également confirmé ce suicide au sein de l'hôtel de police.

Père de deux jeunes enfants, le fonctionnaire de police travaillait dans une brigade technique, a affirmé le parquet, qui précise que l'homme revenait d'un congé paternité. "Ce geste ne paraît pas être en lien avec son contexte professionnel selon les premières investigations", a ajouté le ministère public. 

Le SDPJ 94 a été saisi de l’enquête pour déterminer les circonstances exactes du décès.

Une cellule psychologique a été mise en place au commissariat de Fontenay. La direction territoriale de la police s'est également déplacée sur place mercredi, selon une source syndicale.

Une profession particulièrement exposée

Pour le media en ligne Actu 17 qui a révélé ce drame, il s'agirait du seizième policier national qui se donne la mort en 2023.

Selon Reda Belhaj, porte-parole Île-de-France Unité SGP Police, contacté par téléphone, le nombre de suicides chez les fonctionnaires de police est en augmentation ces dernières années. "On est une des professions la plus touchée par les suicides. Les policiers ont de plus en plus de mal à trouver leur place dans la société", explique-t-il. "Les dernières manifestations ont été très violentes, contre la réforme des retraites, les émeutes récemment, la demande de 'faire du chiffre dans certains services'... Notre métier est de plus en plus difficile", poursuit-il. "Quand vous partez le soir, avec le poids du travail, avec la sensation d'être abandonné par l'Etat, et si en plus, il y a des problèmes familiaux... Cela, plus cela, plus cela, des collègues lâchent le morceau."

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité