Le vélo, grand gagnant des déplacements après le déconfinement ? 

Entre la peur de prendre les transports en commun et la nécessité de maintenir des distances sociales, le vélo sera une des alternatives. Alors, les villes se préparent.

Paris et plusieurs villes de banlieues veulent créer de nouvelles pistes cyclables temporaires.
Paris et plusieurs villes de banlieues veulent créer de nouvelles pistes cyclables temporaires. © Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Vélo-Boulot-Dodo, et si cela devenait le nouveau tryptique avec le déconfinement ? Pour éviter de retrouver l’ambiance boîte de sardines sur la ligne 13 et les risques sanitaires qui l’accompagnent, beaucoup opteront pour le vélo le 12 mai. Alors les villes se préparent.

Paris veut ainsi créer de nouvelles pistes cyclables temporaires. Elles seront balisées avec des barrières en plastique facilement modulables et suivront les itinéraires des grandes lignes de métro. "Il s’agit de doubler les lignes de métro et il s’agit de faire en sorte qu’on ait des aménagements réalisés là où il n’existe pas. C’est le cas notamment dans la partie sud de Paris entre la porte d’Orléans et la Seine , indique Christophe Najdovski, adjoint aux transports à la mairie de Paris. Les nouvelles pistes cyclables pourraient être modifiées si trop de problèmes sont constatés", assure-t-il.

En banlieue aussi, de nouveaux aménagements cyclables devraient être créés avant la mi-mai. Les villes et les départements sont en train de recenser avec les associations d’usagers tous les endroits où faciliter les déplacements à vélo. "On est en train de voir les endroits où ce serait nécessaire pour compléter le réseau cyclable existant et des endroits où ça paraît relativement facile soit en enlevant une série de stationnement ou en enlevant une file de circulation où du coup il suffit de remplacer cette file de circulation par une piste cyclable, de la baliser comme il faut", explique Jean-Sébastien Catié de l’association Paris en selle.

Eviter le recours à la voiture

Le vélo, une piste qui intéresse le gouvernement. L’écologiste Pierre Serne, ancien vice-président de la région Île-de-France et président du réseau des "Villes et territoires cyclables", a été sollicité par la ministre des Transports pour coordonner les initiatives destinées à favoriser les déplacements à bicyclette d'ici le 11 mai et au-delà. 
"L’objectif, c’est d’anticiper, il faut être prêt. On n’utilisera pas les transports en commun comme on les utilisait avant et si on veut éviter qu’il y ait des millions de voitures supplémentaires, il vaut mieux qu’il y ait des centaines de milliers ou des millions de vélos supplémentaires mais pour ça il faut prévoir des aménagements très rapidement", affirme Pierre Serne.

Des pistes cyclables sur les nationales

"L’Etat est prêt à réfléchir sur un certain nombre de nationales où une voie serait réservée sur de la distance pour les circulations cyclables. L’idée c’est de ne pas se limiter aux centre-ville", assure Pierre Serne.

A Nantes, un axe transitoire pour les vélos a été mis en place cette semaine. Dans plusieurs grandes villes du monde, à Bogota et à Berlin, des pistes cyclables temporaires sont aussi installées.
Lors des dernières grèves des transports, les déplacements à vélo ont été multipliés par trois. Après le déconfinement, l’afflux de cyclistes pourrait être encore plus important. Le masque ne sera pas qu’une protection contre la pollution.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie vélo coronavirus/covid-19 santé société