Nantes : le Dragon embarque pour Calais

Le Dragon de Calais a été séparé en trois morceaux pour pouvoir être embarqué. / © France Télévisions Olivier Quentin
Le Dragon de Calais a été séparé en trois morceaux pour pouvoir être embarqué. / © France Télévisions Olivier Quentin

C'était l'attraction ce mercredi matin sur le quai n°3. Mais seuls quelques privilégiés du Port Autonome de Nantes pouvaient y assister. Le Dragon de Calais embarquait pour être livré à ses propriétaires. Il a fallu le scinder en trois parties.

Par Olivier Quentin

D'habitude, Samuel est plutôt en amont du pont de Cheviré, sur les postes 1 et 2.

Mais ce mercredi matin, il est passé en aval, juste pour voir cette drôle de cargaison. Ce n'est pas tous les jours qu'on charge un dragon sur le Port Autonome.
"Il est beau ! s'exclame Samuel. Je suis un fan des Machines de l'Ile je suis les Géants de Royal de Luxe depuis le début."

"Ça change de boulot pour nous, s'amuse Jean-Claude, un contremaître qui participe à la manœuvre. Même si on a l'habitude d'embarquer des grosses pièces !"
 
Samuel, agent de maîtrise, est venu sur le quai n°3 pour assister à l'embarquement. / © France Télévisions Olivier Quentin
Samuel, agent de maîtrise, est venu sur le quai n°3 pour assister à l'embarquement. / © France Télévisions Olivier Quentin
Le Dragon de Calais a quitté la nef où l'équipe de la Compagnie de la Machine l'avait fait naître.

Il est arrivé mardi, en trois parties et ce matin les dockers s'affairent autour de lui. D'abord le corps, puis la tête et enfin la queue. Le dragon disparaît progressivement dans le ventre du bateau.
Le bateau et son précieux chargement devraient arriver cette fin de semaine à Calais. / © France Télévisions Olivier Quentin
Le bateau et son précieux chargement devraient arriver cette fin de semaine à Calais. / © France Télévisions Olivier Quentin
Il y a là aussi quelques membres de l'équipe de la Machine. Ils sont venus participer à l'opération, notamment à l'arrimage de la bête. Pas question qu'elle bouge pendant le transport. 

Le transport par bateau avait déjà été utilisé pour les araignées parties au Japon ou le dragon Long Ma quand il était revenu en France. Le transport par camion aurait été trop compliqué.

"On est hors gabarit explique Bertrand Bidet, directeur technique de la Compagnie de la Machine. On est à plus de 6 m de hauteur pour le corps. Par la route, le parcours aurait été trop compliqué. On aurait pu aussi le démonter encore plus mais ça aurait pris trop de temps pour le remonter."
Bertrand Bidet, directeur technique de la Compagnie de la Machine est venu superviser les opérations. / © France Télévisions Olivier Quentin
Bertrand Bidet, directeur technique de la Compagnie de la Machine est venu superviser les opérations. / © France Télévisions Olivier Quentin
Forcément, dans la nef de la Compagnie, le départ du Dragon de Calais a laissé un grand vide. Deux ans que l'équipe travaillait sur cette commande !

"L'équipe travaille maintenant sur la construction de l'escalier du Jardin Extraordinaire nous dit Pauline David, chargée de médiation et de communication à la Compagnie de la Machine. Et aussi sur une parade amoureuse d'oiseaux pour la galerie des Machines de l'Ile."

Un tout autre exercice, plus proche de l'horlogerie que du gigantisme. La "parade amoureuse" est une petite machine d'à peine un mètre de haut.

► voir la vidéo de l'embarquement de la tête du Dragon de Calais.
A la demande de la Compagnie de la Machine, les images du Dragon sont publiées pour le moment en noir et blanc afin de garder la surprise des couleurs pour la fête de présentation du 1er au 3 novembre à Calais.

Sur le même sujet

Eau et pesticides : la situation des Pays de la Loire

Les + Lus