• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Nantes : François de Rugy teste la navette autonome électrique

François de Rugy est venu tester la navette autonome électrique à Nantes, le 1er mars 2019 / © Christophe Amouriaux, France 3 pays de la Loire
François de Rugy est venu tester la navette autonome électrique à Nantes, le 1er mars 2019 / © Christophe Amouriaux, France 3 pays de la Loire

François de Rugy, le ministre de la Transition écologique et solidaire, est ce vendredi après-midi à Nantes. Il est venu tester la navette autonome, une première en France pour un tel véhicule. Si d'autres navettes sont en test, celle-ci a une particularité.

Par Fabienne Béranger

Quoi de mieux pour en parler que de tester ! François de Rugy s'est offert un tour en navette autonome électrique ce vendredi après-midi  sur le site du Pôle Industriel d’Innovation Jules Verne au sud de Nantes.
C'est sur ce site que la navette autonome circule depuis deux semaines en test, sans voyageurs, intégrant la circulation réelle entre l'usine d'Airbus et l'aéroport de Nantes-Atlantique.

Sur son parcours, deux rond-points qu'elle franchit, en parfaite autonomie. Contrairement à ceux qui sont traversés par les trams et le busway nantais, ce ronds-points là ne sont pas sécurisés pour la navette. Une première en France.

 

C'est quoi cette navette ?

 

La navette autonome a tout d'abord été testée sur circuit fermé en juin 2018. Cette première zone d'expérimentation, entre la carrière Misery et le siège du Grand Port Maritime Nantes Saint-Nazaire, s'est faite en zone partagée avec les piétons et les cyclistes. Elle évoluait sur une chaussée composée de 34m² de panneaux photovoltaïques.

En un mois, 5 200 voyageurs ont pu la tester.

Depuis la mi-février, la navette circule en test sur un nouveau parcours, long de 2,5 kilomètres.

A partir de lundi prochain, le 1er mars, la navette transportera ses premiers voyageurs, à une vitesse maxi de 18 km/h.. Elle desservira trois arrêts du Technocampus à la zone aéroportuaire de Bouguenais en passant par le restaurant inter entreprises.

Mais, si elle est autonome, la navette a cependant à son bord, un superviseur. Une obligation de la loi française. Huit personnes maxi pourront monter à bord. Ceinture de sécurité obligatoire !

 

La navette au coeur de la loi Mobilités


Dévoilé en novembre dernier par Elizabeth Borne, la ministre des Transports, le projet de loi Mobilités prévoit notamment de développer des lignes de navettes autonomes. 

"Les navettes autonomes apporteront demain de nouvelles solutions de mobilités, en particulier dans le monde rural, où elles seront parfaitement adaptées au faible nombre de voyageurs", précise le gouvernement dans son porjet de loi.

Dès 2020, ces navettes collectives circuleraient sur des courtes distances, "par exemple entre un centre-bourg et la gare la plus proche"

Lyon ou encore Val Thorens ont également mis en place des zones expérimentales pour les navettes autonomes 100% électriques.


 

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus