Saint-Nazaire: il faut sauver le "Charles Babin"

C'est l'un des plus vieux baliseurs de France. Désarmé, il est destiné à être vendu par le Service des Domaines et personne n'imagine le voir partir au prix de la ferraille.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Après 65 années de bons et loyaux services, le baliseur "Charles Babin" aujourd'hui désarmé attend d'être fixé sur son sort, amarré à un quai du port de Saint-Nazaire. Utilisé pour assurer l'entretien des bouées et des balises en mer, il a croisé pendant des années entre l'ile d'Yeu et d'Houat. Pour les nazériens, ce bateau est emblématique mais il pourrait, comme d'autres, finir au bout d'un chalumeau...

Un ancien bosco à la manoeuvre

Après avoir roulé sa bosse sur le BELEM, Charles Raffin-Caboisse s'est découvert une passion pour ce baliseur. L'ancien bosco a désormais un objectif: le racheter pour le tranformer en "trois-mâts barque" histoire de lui donner une nouvelle vie comme bateau propre, scientifique et d'exploration. Une idée qui fait son chemin et semble séduire des partenaires potentiels comme le CNRS ou IFREMER.

Un financement participatif

Pour parvenir à sauver le "Charles Babin", un appel a été lancé à des partenaires financiers mais aussi au grand public amoureux du patrimoine maritime via la platerforme Kiss Kiss Bank. L'objectif est de rassembler les 50.000 € nécessaires pour boucler l'opération, il reste 27 jours pour cela.

 

C'est l'un des plus vieux baliseurs de France. Désarmé, il est destiné à être vendu par le Service des Domaines et personne n'imagine le voir partir au prix de la ferraille.