Sarthe : la communauté Emmaüs s'adapte au confinement

L'antenne sarthoise de l'association caritative n'a plus le droit d'organiser des ventes publiques. C'est sur son site, Le coin de l'e-chineur, qu'Emmaüs expose à présent ses plus belles pièces pour limiter les pertes financières liées à l'absence d'activité.
Les bénévoles et les compagnons d'Emmaüs  dans la Sarthe ne manquent pas d'activité pendant ce confinement.
Les bénévoles et les compagnons d'Emmaüs dans la Sarthe ne manquent pas d'activité pendant ce confinement. © Antoine Roynier / France Télévisions
Parking vide et entrepôt désert, c'est désormais le quotidien du principal site d'Emmaüs en Sarthe, à La Milesse à proximité du Mans.

Ici, tout s'est arrêté au premier jour de ce reconfinement : plus de possibilité de vendre, ouverture au public interdite, la communauté s'est donc un peu repliée sur elle-même.

Ici, les bénévoles - moins nombreux, règles sanitaires obligent - côtoient compagnes et compagnons, mais l'activité ne manque pas. Dans un hangar destiné au stockage, certain(e)s s'activent à trier les décorations de Noël et les jouets. 
© Antoine Roynier / France Télévisions
La grande vente thématique de novembre étant annulée, les bénévoles espèrent que ces décorations de Noël trouveront preneurs dès l'annonce d'un déconfinement partiel.

En attendant, c'est sur internet que les ventes se poursuivent. Sur son site, initié il y a déjà près de sept ans, Le coin de l'e-chineur, on trouve beaucoup de livres anciens notamment, issus des dons et de legs à l'association.

Le site de vente en ligne précise son objectif par cette définition : " Nous vous proposons régulièrement une sélection d’objets difficiles à vendre auprès de notre clientèle locale. Nous espérons par le biais d’Internet toucher un public plus large. Notre vocation ne se situe pas dans une pure logique commerciale. Nous gardons toujours présents à l’esprit que le produit de la vente servira à l’accueil des plus défavorisés et nous vous remercions par avance de votre achat solidaire. "
© Emmaüs 72
Pour l'instant, le site est loin de rapporter autant d'argent que les ventes classiques, mais le volume d'activité est tout de même passé de trois ventes par mois en moyenne, à trois ventes par jour. 

2 000 euros ont ainsi pu être collectés par l'association caritative, un pansement sur une jambe de bois puisque la communauté sarthoise perd près de 100 000 euros par mois de confinement.

La structure fondée par l'abbé Pierre, qui ne dépend d'aucune subvention publique, compte sur la reprise rapide de son activité et sur la générosité de ses donateurs pour absorber les contrecoups financiers de la crise sanitaire.

► À voir le reportage de notre rédaction sur le site d'Emmaüs à La Milesse (72)
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société coronavirus/covid-19 solidarité social économie crise économique