"On voit la guerre et on pense à nos enfants, alors on vote", Marcelline, 90 ans, vote pour la première fois aux européennes

Dans un EHPAD de Villeneuve de Berg en Ardèche, plusieurs résidents expriment leur besoin de se rendre aux urnes. Un acheminement a été organisé pour celle et ceux qui souhaitaient et pouvaient se déplacer.

Villeneuve de Berg, 3000 habitants, un joli paysage ardéchois, à l'est d'Aubenas et deux EHPAD. Dans l'un d'entre eux, aux dernières élections, les législatives, personne n'avait voté. Mais cette année, pour les européennes, plusieurs résidents se sont mobilisés pour faire passer un message : les habitants des EHPAD sont des citoyens à part entière.

"Les résidents nous ont dit qu'ils voulaient aller eux-mêmes sur place, au bureau de vote. C'était important pour eux et ce n'est pas parce qu'ils sont dans un EHPAD que leur voix ne compte pas, estime du CCAS ajoutant : on a tout organisé pour que ça se passe dans de bonnes conditions et ils sont heureux de pouvoir se déplacer eux-mêmes.

Quelques minutes avant le départ, Marcelline feuillette les professions de foi. Elle dit ne pas avoir encore fait son choix et décidera dans l'isoloir un des 38 bulletins de vote.

"C'est la première fois que je vote pour les élections européennes". À mon âge, ça sera la dernière alors, il faut le faire" explique-t-elle.

"Nous, on est à l'intérieur ici, on ne fréquente pas trop de monde, on ne sait pas trop ce qu'il se passe à l'extérieur, à part les informations, on ne sait pas grand-chose. On voit la guerre et on pense à nos enfants, alors il faut voter. J'en ai un de 47 ans un petit-fils de 27 ans et un autre de 16 ans" Aux murs de sa chambre, des photos de ses enfants plus jeunes, et de ses petits enfants, d'elle et son mari, à 43 ans, lui font dire que la vie semble derrière elle, mais qu'elle a quand même des choses à exprimer. "À 90 ans, pour moi, c'est fini, mais il faut penser à ceux qui nous suivent." 

Marcelline se dirige ensuite vers la navette prévue pour transporter celles et ceux qui veulent se rendre au bureau de vote. En route donc pour Marcelline qui a besoin d'un coup de main enthousiaste du chauffeur bénévole pour s'installer et attacher sa ceinture.

"On n'est pas gaga"

Sortie de l'isoloir, la nonagénaire est "soulagée". À ses côtés, une de ses voisines de l'EHPAD, Denise, estime que "c'est important d'être là. J'ai toujours voté, ajoute-t-elle. "On n'est pas gaga parce qu'on est en EHPAD, on a des choses à dire, on sait parfaitement ce qu'on fait. On a une résidente qui a 104 ans, elle a toujours voté, c'est un droit qu'il faut exercer" conclut-elle avant de quitter le bureau de vote à bord de la navette.

L’exercice des droits civiques dans les établissements sociaux et médico-sociaux est protégé par la Charte des droits et libertés de la personne accueillie (arrêté du 8 septembre 2003, article L. 311-4 du CASF). Son article 10, consacré au "Droit à l’exercice des droits civiques attribués à la personne accueillie" dispose que "L’exercice effectif de la totalité des droits civiques attribués aux personnes accueillies et des libertés individuelles est facilité par l’institution, qui prend à cet effet toutes mesures utiles".

Par ailleurs, la Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance élaborée par la Fondation nationale de gérontologie prévoit que "L’exercice de ses droits civiques doit être facilité, notamment le droit de vote en fonction de sa capacité juridique". Le non-respect de cette possibilité, pour une personne âgée, d'exercer ses droits civiques, est considéré comme une maltraitance.

À Aubenas, deux femmes de 103 et 106 ans ont fait le déplacement jusqu’au bureau de vote de la mairie annexe pour faire compter leur voix lors de ces élections européennes.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité