• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Journée des enfants disparus : il y a 30 ans, la disparition de Yannis à Ganabogie

Le petit Yannis sur une affiche de campagne en faveur des enfants disparus. / © DOMINIQUE ALLIÉ/Maxppp
Le petit Yannis sur une affiche de campagne en faveur des enfants disparus. / © DOMINIQUE ALLIÉ/Maxppp

A l'occasion de la journée internationale des enfants disparus, Franceinfo revient sur une affaire qui a fortement ému les habitants des Alpes-de-Haute-Provence : la disparition du petit Yannis, 3 ans, dans le village de Ganagobie. La mère de l'enfant témoigne 30 ans après.

Par Annie Vergnenegre

Où est Yannis ? Est-il en vie ? Depuis 30 ans, depuis ce matin du 2 mai 1989, sa mère s'interroge. A l'occasion de la 8e journée internationale des enfants disparus, Franceinfo a rencontré Pascaline Moré, la maman du petit garçon disparu à deux pas de sa maison, dans le village de Ganabogie, dans les Alpes-de-Haute-Provence. 

Des questions sans réponse

Son visage poupin et souriant est revenu régulièrement s'afficher lors de campagnes en faveur des enfants disparus. Au fil des ans, ses traits ont été vieillis articificiellement pour tenter d'imaginer l'adolescent qu'il avait pu devenir. Un adulte aujourdhui. Yannis aurait 33 ans.

Les années n'ont en rien atténué la douleur de ses proches. "C'est toujours aussi difficile, aussi présent", a confié la mère de Yanis à Franceinfo. Tant de questions resteront sans réponse. Comment l'enfant qui jouait avec ses trois frères a-t-il pu disparaître si près de la maison ? Pourquoi ses vêtements, ses chaussures et la chaîne qu'il portait ont-ils été retrouvés plus d'un an après, à quelques centaines de mètres de la maison de ses parents ? Pascaline Moré a dû continuer à vivre sans savoir.

Contre l'oubli

De battues en forêt en fausses pistes alimentées par des médiums et autres voyants, les recherches n'ont jamais rien donné. Mais les parents du garçonnet ont toujours gardé l'espoir qu'il soit en vie. Et même aujourd'hui encore, peut-être, celui que le jeune homme se reconnaisse sur une affiche, quelque part....

Pour la mère de Yannis, le pire serait qu'il disparaisse aussi de nos mémoires. "J'y pense souvent, au fait qu'on n'y pense plus, qu'on n'en parle plus" avoue-t-elle.

Sur le même sujet

Point Cult' : l'art contemporain pour tous ?

Les + Lus