La police d'Antibes déloge un sculpteur de sable dans la rue : tollé sur les réseaux sociaux, explications

Depuis plusieurs jours, ses sculptures de sable ne laissent pas indifférents les passants. A Antibes dans les Alpes-Maritimes, un artiste de rue réalise petits chiens et chats en sable à même le sol. La ville d'Antibes a fait intervenir la police pour le déloger. Tollé sur les réseaux sociaux.

Spray d'eau, couteaux et pinceaux dans les mains, un jeune homme suscite l'attention en ce moment dans les rues piétonnes d'Antibes dans les Alpes-Maritimes. 

Durant des heures, il travaille un tas de sable et le sculpte pour former des chiens, des chiots, des chatons... De petites familles d'animaux qui attendrissent les passants. Contre monnaie, il peut ainsi faire naître de véritables œuvres. 

Sur les réseaux sociaux son travail est salué : 

>> Très beau travail, mais la police municipale le chasse en permanence. Ce matin, il a dû partir de la rue de la République ! N'est-ce pas considéré comme du street art ?

>> Sans ces artistes de rue, qu'ils soient musiciens, chanteurs, peintres, dessinateurs, danseurs, sculpteurs...Etc, Les villes seraient mortellement tristes et ennuyeuses ! Pourquoi interdire l'art dans la rue, quel qu'il soit ?! En quoi et qui gêne-t-il ? 

Selon certains passants, son travail serait faux. Il s'agirait de moules en plastique couverts de sable. Le jeune homme d'origine étrangère a aussi été remarqué l'été dernier en Haute-Savoie.

La police municipale d'Antibes lui a demandé quatre fois de cesser cette activité. Il a alors du défaire ses animaux, des passants nous ont bien confirmé que tout redevenait alors un tas de sable stocké dans un grand sac. La rumeur de "fausses statues" sur la base d'un moule comme on peut le lire sur Facebook n'est donc pas fondée.

La position de la mairie

Contacté, la ville d'Antibes nous a bien précisé ne pas vouloir nuire à son travail, mais aimerait qu'il respecte les pratiques municipales. 

Si la police l'a fait déplacer, c'est parce qu'il doit faire une demande d'occupation du domaine public (AOT) pour s'installer ainsi. Les musiciens le font tous. Ainsi, ils peuvent se produire tranquillement de 12 à 14 heures et de 17 à 22 heures sur un point précis de la commune.

selon les services de la ville d'Antibes.

En sa qualité de gestionnaire, la commune peut en effet autoriser des tiers à occuper le domaine public communal dans le cadre prévu par le Code Général de la Propriété des Personnes Publiques (CG3P). Les demandes accordées sont même consultables par tous sur le site de la mairie. On y retreouve par exemple, l'exploitation du Petit Train, des manèges ou camions à pizza.

A Nice, des précédents

On se souvient à Nice de l'émoi causé par l'expulsion il y a quelques années du pianiste Steve Villa-Massone place Massena. Le sosie de Mickael Jackson alias Andréas Severac, avait lui aussi connu des déboires avec les forces de police à Nice toujours.

Omar Logang avait lui été verbalisé par la police municipale en août 2018. Il avait dû payer une amende de 135 euros pour avoir entravé la libre circulation des passants avec ses chevalets de preintre.

Tout s'emble s'être apaisé, puisqu'il peint maintenant sur la Promenade des Anglais sans être délogé. Une demande d'occupation du domaine public a surement été faite de son côté.