Les vélelles font leur retour sur les plages des Alpes-Maritimes et d'Italie

La vélelle est un organisme assez insolite qui provoque toujours la curiosité et l'étonnement de celui ou celle qui la rencontre. Méduses ? Objet flottant on indentifié ? On vous en dit plus sur ces petits bateaux vus en ce moment sur la Côte d'Azur et dans le nord de l'Italie.

Comme chaque année, elles sont de retour ! Les vélelles s'échouent en ce moment sur les plages des Alpes-Maritimes. 

Elles sont aussi très nombreuses du côté de l'Italie comme ici à Savona, non loin de Gènes :

On le sait, avec les courants, ces petits "vaisseaux" vont très vite se retrouver sur le sable de la Côte d'Azur. Des bans ont déjà été remarqués du côté de Beaulieu-sur-Mer.

Une carte collaborative et un site italien permettent même de les localiser sur la Riviera :

Qu'est-ce que c'est ? 

Les vélelles font parties de la famille des cnidaires, ce sont les cousines des méduses. Leur nom vient du latin latin, "velum", qui signifie voile, comme la petite membrane cartilagineuse perpendiculaire au disque flottant.

Elles ne peuvent se déplacer de façon autonome et sont tributaires du vent qui décide de leur déplacement. Elles sont portées par un disque cartilagineux, surmonté d'une voile rigide, elle aussi, cartilagineuse. L'ensemble évoque un petit radeau flottant.

Elles se nourrissent d'œufs de poissons, de larves ou de petits crustacés. Elles pêchent avec leurs tentacules. Ce sont des colonies composées de centaines de polypes : un polype nourricier au centre, des polypes reproducteurs, des tentacules.

Les vélelles mesurent jusqu'à 6 centimètres de diamètre. Leur couleur bleue est due à des protéines pigmentées.

« Elles sont mortes, et cette odeur est celle de leur dégradation, selon un chercheur de l’Observatoire océanologique de Villefranche-sur-Mer. Mettez un gros paquet d’animaux marins ou un tas de sardines échouées sur les rochers, vous aurez exactement la même odeur. »

Un épisode de grand vent peut néanmoins rapprocher ces colonies des côtes, où elles finissent par s'échouer en grand nombre. C'est donc sur la plage au printemps et en été, dans la laisse de mer, qu'on a le plus de chances de trouver des vélelles. Mais rassurez-vous, malgré l’odeur pas très agréable qu’elles procurent, ces vélelles sont inoffensives.