Octobre Rose : une styliste crée une ligne de maillots de bains qui protègent du soleil après le cancer

Une styliste antiboise, Françoise Piazzola, refuse de se baigner en tee-shirt pendant ses séances de radiothérapie pour soigner son cancer du sein. L’idée d'un maillot de bain "protecteur", qui empêche les rayons du soleil de passer, vient de là.
La créatrice utilise un tissu fabriqué en Italie, il est traité anti-UV 50 plus.
La créatrice utilise un tissu fabriqué en Italie, il est traité anti-UV 50 plus. © Fan et Lia
 « Les idées viennent toujours des malades », explique Françoise Piazzola, créatrice de Fan et Lia, une ligne de maillots de bains conçue pour protéger des rayons du soleil. A 48 ans, elle découvre une grosseur sur sa poitrine sous la douche. Le verdict tombe : cancer du sein.

La radiothérapie brûle la peau

Malgré les séances de radiothérapie, elle veut conserver sa féminité et continuer d’aller à la plage ou à la piscine. Mais les médecins lui défendent de s’exposer au soleil : la radiothérapie brûle la peau. « On ne peut pas exposer les zones traitées. C’est un quadrillage que l’on a sur le sein. On serait tâchée à vie… C’est pour ça qu’il ne faut pas s’exposer pendant 3 à 4 ans. La peau est brûlée à vie.
La styliste a créé des brassières et des cache décolletés en plus des maillots de bain pour protéger les zones brûlées par la radiothérapie.
La styliste a créé des brassières et des cache décolletés en plus des maillots de bain pour protéger les zones brûlées par la radiothérapie. © Fan et Lia
 

"Je veux que ce soit féminin"

Les seuls conseils des médecins : il faut se baigner avec un tee-shirt, rester chez soi ou rester deux secondes sur la plage et rentrer à la maison. Mais Françoise Piazzola refuse de se baigner en tee-shirt. L’idée vient de là… Pour la styliste antiboise, créer un maillot de bain a été une évidence :

Ce maillot de bain qui n’existait pas je l’ai créé pour moi. Ce sont les médecins, les oncologues qui m’ont poussé à le faire. Les manipulateurs radio m’ont donné les dimensions de la zone à protéger. Je veux que ce soit féminin, moi je ne voulais pas ressembler à une vieille moche sur la plage. 

 Françoise Piazzola, créatrice de Fan et Lia.

La société est présente sur les réseaux sociaux avec le slogan : "le cancer n'aura pas ma féminité" :Car la coupe de ces maillots de bain protecteurs est très particulière : pas de décolleté sur la poitrine, le maillot doit monter au-dessus de la poitrine, rester assez haut sous les bras (parce que les radiations vont aussi sous le bras avec les ganglions). En revanche, le dos peut être décolleté.
La créatrice a conçu des maillots de bain avec un décolleté dans le dos.
La créatrice a conçu des maillots de bain avec un décolleté dans le dos. © Fan et Lia
Sans oublier les cicatrices pour les femmes qui ont subi une opération : le maillot de bain classique ne protège pas des rayons du soleil. Elle a choisi un tissu très technique : il est traité anti-UV 50 plus, il rejette 98% des UV. De plus, les maillots ont été testés en laboratoire pour prouver qu’ils protègent des UV. Les maillots une pièce vont du 36 au 46 /48. Il existe aussi des brassières et des cache décolletés pour placer sous un chemisier.
Pour Françoise Piazzola, participer aux ateliers d'Octobre rose est très important.
Pour Françoise Piazzola, participer aux ateliers d'Octobre rose est très important. © Françoise Piazzola
La nouvelle collection devait sortir en juin 2020. Mais le Covid a tout bouleversé. Le prototype de la collection 2020 était prêt en février, le confinement a tout stoppé. Et la reprise de la production n’est pas encore programmée. Pour le développement de la société, créée il y a trois ans, c’est un coup dur ! 

Dès le début, Françoise Piazolla a décidé de maintenir une production en Europe, même si elle concède que fabriquer en France lui coûterait « deux fois plus cher ». La créatrice voulait que ces maillots de bain restent accessibles aux femmes qui subissent ce traitement.​​​​​​​Heureusement, il reste du stock ! Certaines clientes commandent des maillots d’une année sur l’autre. La styliste précise : « le tissu est d’une qualité exceptionnelle, il vient d’Italie, il tient bien. » Pour Françoise Piazzola, « Octobre Rose » : 

C’est très important… plus on dépiste en avance et mieux on est guéri. Ça permet d’y penser et de plus en plus jeune. Il faut en parler. 

Françoise Piazzola, créatrice de Fan et Lia

Le cancer du sein reste la première cause de décès parmi les femmes en France.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société cancer octobre rose mode culture