VIDEO. L'Antibois Samir Aït Saïd, porte-drapeau français lors des JO, s'offre un salto en entrant dans le stade

Le gymnaste Samir Aït Saïd est le porte-drapeau français de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo. Il s'entraîne et vit sur la Côte d'Azur, à Antibes. Il est entré sur la piste en gratifiant les téléspectateurs d'un salto arrière.
Samir Aït Saïd, porte-drapeau de la délégation française lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques.
Samir Aït Saïd, porte-drapeau de la délégation française lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques. © Odd ANDERSEN / AFP

Dans la masse des 400 athlètes français débarqués à Tokyo pour disputer les Jeux olympiques, Samir Aït Said se distingue. Et de quelle manière : le gymnaste français, armé du drapeau tricolore, était en tête du cortège du défilé des Français dans le stade olympique de Tokyo lors de la cérémonie d'ouverture des JO qui s'est déroulé vendredi 23 juillet à 13h. Il a même réalisé un salto arrière en arrivant dans le stade.

Et la star française est licenciée de l’Olympique d’Antibes Juan-les-Pins. Né à Champigny-sur-Marne, le gymnaste a rejoint à 11 ans le pôle espoirs d'Antibes pour embrasser une carrière sportive.

Expert de la discipline des anneaux, il est champion d'Europe en 2013 et médaillé de bronze au championnat du monde en 2019 dans cette spécialité. A sa désignation comme porte-drapeau, lui même n'y a pas cru tout de suite comme il nous le confiait peu après l'heureuse nouvelle, le 6 juillet dernier : "Quand la présidente du CNOSF (Brigitte Henriques, ndlr) m'a appelé, assez tard vers 22h30, je jouais avec ma fille. J'ai pris le téléphone et elle m'a dit "félicitations, vous êtes le nouveau porte-drapeau de l'équipe de France". Honnêtement je n'y ai pas cru sur le moment et je lui ai demandé de répéter deux fois. Mais c'est bien moi le porte-drapeau !". 

Le choix a de quoi surprendre car l'Antibois a un palmarès vierge de médailles olympiques, contrairement aux légendes du sport français qui ont endossé ce rôle avant lui : Teddy Riner en 2016, Laura Flessel en 2012, Tony Estanguet en 2008 ou encore Marie-José Pérec en 1996. En revanche, toutes ne sont pas passées par les blessures que Samir Aït Saïd a subies et dont il est revenu à chaque fois, comme un symbole de sa détermination et de son travail. 

Le sportif sait que la blessure dont il a souffert en 2016 lors des Jeux olympiques de Rio, et dont les images font froid dans le dos, a participé à sa notoriété comme il l'expliquait récemment, sans rancoeur, dans le journal L'Equipe : "évidemment, je suis conscient que la notoriété m'est tombée dessus "grâce" à cette blessure, et non pas pour mes médailles. Ça pourrait être frustrant mais je l'accepte". 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Ait Said (@samir_ait_said)

La cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques est diffusée en direct sur France 2 dès 13h vendredi 23 juillet. Samir Aïd Saïd disputera le lendemain les qualifications de sa discipline, les anneaux, avant une éventuelle finale, le lundi 2 août. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeux olympiques sport