Biot : la démolition du Hameau de la Brague

Après les inondations de 2015 qui avaient causé la mort de 20 personnes dans les Alpes-Maritimes dont 3 victimes à Biot, la démolition du Hameau de la Brague à Biot a débuté ce lundi 22 mars.

24 maisons dans le hameau de la Brague sont détruites depuis ce matin
24 maisons dans le hameau de la Brague sont détruites depuis ce matin © A.Métais-FTV

Les inondations de 2015 ont été dévastatrices. Une crue majeure a inondé les lotissements du Hameau de la Brague en 2015. Au total,  20 morts dans les Alpes-Maritimes dont 3 victimes à Biot et des centaines  familles sinistrées. Alors que la rivière sort violemment de son lit, c’est une nuit cauchemardesque que les habitants du  hameau de la Brague ont vécu. Un évènement catastrophique en termes de retombées pour les riverains (dont la vie avait été heureusement épargnée) et leurs habitations.

Chronique d’une catastrophe annoncée

La catastrophe de 2015 était-elle prévisible ? La réponse est oui. Le hameau a été construit sur le lit originel de la rivière, comblé par des remblais dans les années 90. D'ailleurs quelques années  plus tard, ce secteur fut classé zone rouge, c'est-à-dire inconstructible.

5 ans plus tard, une décision est prise

Une seule solution s’impose, drastique mais efficace : la destruction de toutes les maisons du hameau de la Brague. Depuis les inondations, plus personne ne souhaitait vivre dans ces maisons dans la peur d’une prochaine catastrophe.

En mai 2020, la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis signe le rachat des habitations de cette copropriété gravement sinistrée. En tout,  24 maisons doivent être détruites. Une démolition  qui a commencé tôt en ce mercredi 24 mars et qui se poursuivra toute la semaine. 5 d’entre elles étaient éligibles au fond Barnier car elles n’avaient pas d’étage. Pour les autres, c’est la CASA, la Communauté d’Agglomération de Sophia-Antipolis qui s’est occupée de cette opération de rachat, une opération particulièrement longue et complexe.

Il a d’abord fallu faire des estimations financières sur la valeur des biens, et se mettre d’accord avec les propriétaires. Il fallait également trouver les financements nécessaires. L’état a joué le jeu ainsi que la CASA et la région. Les propriétaires ont pu se reloger localement ou sur le territoire de la CASA.

Jean-Pierre Dermit Maire (LR) de Biot

 

Des 24 logements du Hameau de la Brague, il ne restera bientôt que des gravas, des pelleteuses et de la poussière. Une opération dont le montant s'élève à 8 millions d'euros, co-financée par la CASA, la région et l'Etat.

Des 24 logements du Hameau de la Brague, il ne restera bientôt que des gravas, des pelleteuses et de la poussière.
Des 24 logements du Hameau de la Brague, il ne restera bientôt que des gravas, des pelleteuses et de la poussière. © D. Pardanaud-FTV

Un espace bientôt rendu à la nature et sur lequel aucune construction ne sera autorisée à l’avenir.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
inondations météo environnement écologie architecture et urbanisme culture architecture