Amputé des deux bras, Thierry Corbalan est arrivé à Mandelieu après 180 km de nage au départ de la Corse

Parti de Calvi lundi matin, le "dauphin corse" Thierry Corbalan, amputé des deux bras, est arrivé à Mandelieu-la-napoule aux alentours de 12h30. Un périple de 180 km en monopalme. 

Thierry Corbalan et son sauveur Daniel à son arrivé à Mandelieu
Thierry Corbalan et son sauveur Daniel à son arrivé à Mandelieu © Hugues Nicolas/FTV
C'est un défi que nos confrères corses suivent depuis le début. Celui de Thierry Corbalan, 61 ans, surnommé le "dauphin corse". En 1988, suite à un grave accident, il est amputé des deux bras.

Cette année pour son 14ème défi, il a voulu, symboliquement, revenir à Mandelieu-la-Napoule. C'est là, sur le pont de la Siagne, que Daniel, un ami présent ce jour-là, lui sauve la vie. Ce 20 septembre, jour de l'anniversaire de son sauveur, il termine sa traversée en monopalme.
 
Dernier jour de nage pour Thierry Corbalan après 180 km entre Calvi et Mandelieu
Dernier jour de nage pour Thierry Corbalan après 180 km entre Calvi et Mandelieu © 2020 l'odyssée du dauphin
Sur la plage des dauphins, ils étaient des dizaines à l'attendre. Sa famille, ses amis, ses anciens collègues et des badauds. 
Dans les bras de Daniel, son sauveur il réalise que c'est la fin du défi. "Ca a été dur, mais ca va, je voulais te faire ce cadeau et je suis fier de l'avoir fait!"

Daniel n'a pas révé meilleur anniversaire. Son ami lui avait promis qu'il serait là pour le lui souhaiter. "Un courage énorme, une volonté à toutes épreuves. C'est un type en or. C'est mon ami. C'est plus qu'un ami, c'est un frère".

Accueilli dans l'eau par sa femme, Patricia, il a redit que ce défi serait le dernier : "j'ai fait une promesse, et quand je fais des promesses je les tiens. J'ai dit que ce serait le denier défi, donc ce sera le dernier". 
 
Thierry Corbalan sur le catamaran de son équipe avec son kiné
Thierry Corbalan sur le catamaran de son équipe avec son kiné
Pendant une semaine il a nagé 10 à 12 heures par jour, se reposant la nuit sur le catamaran de son équipe. Un kiné était aussi présent pour le soulager. 
Hier soir, il a passé la nuit au sud des îles de Lérins.

Il a parcouru les 12 dernier kilomètres vers Mandelieu ce dimanche matin, escorté par la SNSM. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handicap société handisport sport méditerranée mer nature natation