Cannes, Nice, Menton... Les restaurants de la Côte d'Azur se préparent à la réouverture

Selon les annonces officielles, la réouverture des restaurants est prévue pour le 19 mai 2021, pour les terrasses extérieures. Les enseignes azuréennes se tiennent donc prêtes. Entre recrutements internes et réservations des clients, le déconfinement ne semble plus très loin ! 

Les restaurants de la Côte d'Azur se préparent à rouvrir pour le 19 mai.
Les restaurants de la Côte d'Azur se préparent à rouvrir pour le 19 mai. © Dylan Meiffret MAXPPP

Emmanuel Macron a dévoilé jeudi un plan national de déconfinement en plusieurs étapes, autour de trois dates clefs : le 19 mai, le 9 juin et le 30 juin.

En mai, la réouverture sera limitée aux terrasses. Les tables seront prévues pour six clients maximum. Le couvre-feu sera, lui, repoussé à 21 heures, ce qui laissera le temps aux restaurants d'assurer "des services du soir".

Le 9 juin, les cafés, bars et restaurants pourront ouvrir leurs établissements en intégralité, y compris leurs salles intérieures. Le couvre-feu, lui, sera étendu à 23 heures.

Selon les premières annonces, il ne sera pas nécessaire de présenter un pass sanitaire pour pouvoir s'attabler ou pénétrer dans un de ces établissements. Un système de QR code pourrait être mis en place.

Enfin le 30 juin, marquera la fin du couvre-feu et les jauges maximales seront alors adaptées à la situation sanitaire locale. 

Comme le département des Alpes-Maritimes connaît un taux d'incidence bas, largement en-dessous du seuil  de 250 pour 100.000 habitants (seuil fixé par l'état) il fera partie des territoires déconfinés. Actuellement, ce taux est de 166.

Malgré un protocole sanitaire strict, pour les restaurateurs c'est un vent d'espoir qui souffle sur la Côte d'Azur. 

C'est un soulagement énorme dans la profession, enfin nous avons un calendrier ! Enfin nous avons un peu d’espoir ! Nous étions dans la tourmente !

Denis Cippolini, représentant de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH)

Même si grâce aux aides de l'Etat, les dépôts de bilan ont été moins nombreux en 2020, la situation devenait de plus en plus pénible et préoccupante pour ce secteur d'activité mis à l'arrêt.

Les restaurateurs se disent "optimistes" pour cette nouvelle saison, et espèrent réussir à surmonter la crise.

Du côté des clients, l'annonce de la réouverture des restaurants a suscité également des réactions... 

Déjà des réservations... 

Chez les restaurateurs, le téléphone sonne déjà. Les clients ne veulent pas se retrouver sans table lors de ce déconfinement tant attendu.

"Avant d'échanger avec vous, j'ai eu 6 réservations supplémentaires", s'enthousiasme le patron d'un établissement mentonnais. Dans ce "restaurant musical", situé sur le port de la ville, le personnel s'attend à revivre le même scénario qu'après le premier confinement: un restaurant complet.

Il y a environ un an, 250 couverts avait été réalisés en une soirée. "C'était hallucinant !", se remémore le restaurateur. 

Les clients s'empressent même de réserver une table pour le soir de la fête de la musique le 21 juin. "Le fait de réserver c'est un geste vraiment symbolique, ça signifie que l'on peut enfin reprendre un peu la vie d'avant", confie le gérant de cet établissement.

Un constat partagé par d'autres sur les réseaux sociaux notamment ce restaurateur dit le "roi du timing". 

Des travaux effectués 

Pour de nombreuses enseignes, ces six mois de fermeture ont été l'occasion de se "réinventer". Les restaurants n'ont pas hésité à se refaire "une beauté". 

Depuis plusieurs semaines, beaucoup repeignent leur salle ou leur cuisine du sol au plafond.

Certains, font même construire une terrasse et d'autres réinventent leurs cartes... 

Le Byros à Cannes se prépare à réouvrir le 19 mai !
Le Byros à Cannes se prépare à réouvrir le 19 mai ! © Jeremy Crunchant FTV

Dans cette enseigne Cannoise de 300 m², vieille de 20 ans, le patron confirme : "comme beaucoup de restaurateurs j'ai réalisé des changements, par exemple j'ai refait une partie du bar, et j'ai peint. Mais le plus gros, ça été de refaire tout le plafond." 

Au Volta, à Menton, la carte et la programmation musicale ont été améliorées, "on a rentabilisé les six mois pour refaire la scène !", explique le patron du restaurant.  

De nouvelles enseignes 

Ce jeune couple de trentenaire, d'origine mentonnaise, est revenu poser ses valises sur la Côte d'Azur, après avoir sillonné le monde entier.

Ils ont travaillé dans la restauration à Paris, Dubaï ou Megève, et c'est à Menton qu'ils décident de lancer leur propre affaire. Lui en cuisine, elle en salle. Ils souhaitent proposer à leur futurs clients : une carte fusion qui mêle produits locaux, cuisine japonaise et cusine d'Amérique latine:  

notre restaurant Umi veut dire la mer en japonais, c'est le lieu idéal, on est les pieds dans l'eau et on rapporte une touche d'exotisme

  Anaïs Ghiglione

En septembre, ils présentent leur candidature, parmi les trois dossiers en lice, ils sont retenus par la municipalité. Dès janvier, ils commencent les travaux : "le contexte, ne nous a pas freiné, on a beaucoup voyagé, on aime bien les nouveaux défis."  

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par UMI Restaurant Fusion (@umi_menton)

L'établissement aura une capacité de 80 couverts. La réouverture n'aura peut-être pas lieu le 19 mai car certaines mesures administratives sont encore à régler.

On est jeune, c'est l'opportunité de notre vie !   

Des difficultés à recruter 

Malgré l'engouement suscité par ces nouvelles annonces, les professionnels du secteur constatent des difficultés dans le recrutement de leurs employés. 

"Ça a été plus compliqué de recruter, la restauration est un milieu difficile, beaucoup ne veulent plus revenir", admettent ils. 

Pour la co-gérante de l'Umi, la période a beaucoup joué sur la motivation : "on a le sentiment que les jeunes se dirigent vers autres choses et se reconvertissent, mais on a tout de même trouvé un plongeur, un serveur et un cuisinier" 

Mesures Covid 19

Les professionnels travaillent depuis le mois de novembre avec le gouvernement pour définir le protocole. Les restaurateurs aimeraient que celui proposé en octobre soit mis en place, avec des tables de 6 personnes espacées, la mise en place d'un QR code à l'entrée de l'établissement, le paiement à table et le port du masque obligatoire dès que les convives se lèvent de table.

Le représentant de l'UMIH, Denis Cippolini, va encore plus loin et annonce : « j’ai fait la demande au maire de Nice pour ouvrir la vaccination aux personnels de la restauration sur la métropole.» 

Pour le patron du Volta :"pas d'inquiétude à avoir concernant la mise en place du protocole sanitaire, il faut juste que les clients soient responsables", il organise même avec optimisme la réouverture de son restaurant : 

Le seul bémol pour ce restaurateur, c'est le couvre-feu à 19h. Un handicap majeur pour son enseigne ouverte d'habitude uniquement le soir. Afin de s'adapter, le service de restauration pourrait être proposé également les samedis midi. 

Il espère également pouvoir conserver les 50 mètres carré de terrasse supplémentaire obtenus l'année dernière, 30 % de plus que sa capacité initiale.  

Selon un communiqué de la filière du tourisme, les restaurants d’hôtel eux, pourront accueillir leurs clients à l’intérieur matin, midi et soir. 

Le secteur des boîtes de nuit, lui, n’est pour l’instant pas concerné par l’allègement prochain des restrictions et ne figure pas dans les rassemblements nécessitant un pass sanitaire. Rappelons que les discothèques ont gardé leurs portes fermées sans discontinuité depuis le premier confinement de mars 2020.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie covid-19 santé société confinement