• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Festival de Cannes : “Parasite” de Bong Joon-ho remporte la Palme d'or, tout le palmarès de cette 72e édition

 "Parasite" du Sud-Coréen Bong Joon-ho remporte la Palme d'or. / © AFP
"Parasite" du Sud-Coréen Bong Joon-ho remporte la Palme d'or. / © AFP

Le Festival de Cannes 2019 est déjà considéré comme ue des meilleurs de ces dernières années par les festivaliers. "Parasite", drame familial magistral du Sud-Coréen Bong Joon-ho remporte la Palme d'or de ce 72e Festival de Cannes. On vous dévoile tous les noms.

Par Anne Le Hars & Philémon Stines (Avec AFP)

Qui succèdera à "Une affaire de famille" du Japonais Hirokazu Kore-Eda, Palme d'or l'an dernier ?

Au terme des douze jours de cette 72e compétition marathon et intense, voici le palmarès des principaux prix.
Le jury, présidé par le Mexicain Alejandro Gonzalez Iñarritu, a choisi parmi les 21 films en compétition celui qui succèdera à "Une affaire de famille" du Japonais Hirokazu Kore-Eda, Palme d'or l'an dernier. / © ANTONIN THUILLIER / AFP
Le jury, présidé par le Mexicain Alejandro Gonzalez Iñarritu, a choisi parmi les 21 films en compétition celui qui succèdera à "Une affaire de famille" du Japonais Hirokazu Kore-Eda, Palme d'or l'an dernier. / © ANTONIN THUILLIER / AFP

Palme d'or :
"Parasite" de Bong Joon-ho remporte la Palme d'or.

"Merci beaucoup. Je suis très honoré, j'ai toujours été très inspiré par le cinéma français, je remercie Henri-Georges Clouzot et Claude Chabrol", a commenté Bong Joon-ho.


Grand Prix :
"Atlantique", de Mati Diop. 

Double Prix du Jury !
"Les Misérables", de Ladj Ly et "Bacurau", de Kleber Mendonça Filho, Juliano Dornelles. 
Ladj Ly a dédié son prix "à tous les miséreux de la terre". Son film porte sur les violences policières dans les banlieues.

Caméra d’or :
"Nuestras Madres" de César Díaz. Il concourait dans la Semaine de le critique.

"Je veux dédier ce prix aux 250.000 victimes du génocide guatémaltèque et à ces femmes surtout qui restent debout", a déclaré César Diaz.

Mention spéciale :
"It must be heaven" d'Elia Suleiman. Il se met en scène en cinéaste palestinien. C'était son 3e film présenté à Cannes.

Interprétation féminine :
Emily Beecham dans "Little Joe" de Jessica Hausner.

Interprétation masculine :
Antonio Banderas joue dans "Douleur et gloire" de Pedro Almodovar. Portrait très personnel et émouvant d'un cinéaste en crise.

"Ce soir, c'est mon soir de gloire", a déclaré l'acteur sur scène, qui a rendu hommage à Pedro Almodovar.

"Je le respecte, je l'admire, je l'aime, c'est mon mentor, et il m'a tellement donné que cette récompense doit lui être dédiée", a déclaré Banderas en recevant son prix.

Prix de la mise en scène :
"Le Jeune Ahmed" des frères Luc Dardenne et Jean-Pierre Dardenne.

"Merci au jury pour cette récompense pour ce film, qu'on a voulu comme une ode à la vie", a déclaré Luc Dardenne.

"Nous avons voulu filmer un appel à la vie, à la différence, ce qui est aussi la mission, la vocation du cinéma", a encore souligné le réalisateur.

Meilleur scénario :
"Portrait de la jeune fille en feu" de Céline Sciamma. Son film sera en salle le 18 septembre.
La cinéaste de 40 ans a rendu homme aux deux actrices de son film Adèle Haenel et Noémie Merlant : "Je dois un merci éternel à douze ans d'écart. Elles ont passé la porte et j'ai vu le futur",
Palme d'or du court-métrage :
"La distance entre le ciel et nous " du grec Vasilis Kekatos. C'est la première fois qu'un film grec remporte ce tire.

Etaient sélectionnés en comptétion officielle cette année :

  • Douleur et Gloire, de Pedro Almodóvar
  • Le Traître, de Marco Bellocchio
  • Le lac aux oies sauvages, de Diao Yi'nan
  • Parasite, de Bong Joon-ho
  • Le Jeune Ahmed, de Luc Dardenne et Jean-Pierre Dardenne
  • Roubaix, une lumière, d'Arnaud Desplechin
  • Atlantique, de Mati Diop
  • Matthias et Maxime, de Xavier Dolan
  • Little Joe, de Jessica Hausner
  • The Dead Don't Die, de Jim Jarmusch
  • Mektoub my love : Intermezzo, d'Abdellatif Kechiche
  • Sorry We Missed You, de Ken Loach
  • Les Misérables, de Ladj Ly
  • Une vie cachée, de Terrence Malick
  • Bacurau, de Kleber Mendonça Filho, Juliano Dornelles
  • Les siffleurs, de Corneliu Porumboiu
  • Frankie, d'Ira Sachs
  • Portrait de la jeune fille en feu, de Céline Sciamma
  • It Must Be Heaven, d'Elia Suleiman
  • Once Upon a Time... In Hollywood, de Quentin Tarantino
  • Sibyl, de Justine Triet
>> Retrouvez toute l'actualité de cette 72e édition du Festival de Cannes sur notre page spéciale.
 

Les dix dernières Palmes d'or :

Le 72e Festival de Cannes s'achève samedi soir avec 21 films en compétition pour remporter la prestigieuse Palme d'or. Rappel des dix derniers lauréats :

    - 2018: "Une affaire de famille" de Hirokazu Kore-Eda (Japon)
    - 2017: "The Square" de Ruben Östlund (Suède)
    - 2016: "Moi, Daniel Blake" de Ken Loach (Grande-Bretagne)
    - 2015: "Dheepan" de Jacques Audiard (France)
    - 2014: "Winter Sleep" de Nuri Bilge Ceylan (Turquie)
    - 2013: "La vie d'Adèle" d'Abdellatif Kechiche (France)
    - 2012: "Amour" de Michael Haneke (Autriche)
    - 2011: "The Tree of Life" de Terrence Malick (Etats-Unis)
    - 2010: "Oncle Bonnmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures" d'Apichatpong Weerasethakul (Thaïlande)
    - 2009: "Le ruban blanc" de Michael Haneke (Autriche)

A lire aussi

Sur le même sujet

Cannes sur culturebox

toute l'actu cinéma

P. Allemand, conseiller municipal PS à Nice(06)

Les + Lus