Crash "Dropped" en 2015 : le directeur de la production mis en examen pour "homicides involontaires"

Nicolas Roussel, directeur de production de l'émission de télé-réalité Dropped, a été mis en examen pour "homicides involontaires" après la mort de dix personnes dans le crash de deux hélicoptères en Argentine en 2015. Le frère de Florence Arthaud réagit : "je m'y attendais, c'était logique".
 
Les portraits de Florence Athaud, Alexis Vastine et Camille Muffat à l'INSEP à Paris, après le crash des deux hélicoptères entrés en collision en Argentine.
Les portraits de Florence Athaud, Alexis Vastine et Camille Muffat à l'INSEP à Paris, après le crash des deux hélicoptères entrés en collision en Argentine. © Christophe Petit-Tesson - AFP
Cinq ans après le drame, c'est la deuxième mise en examen dans cette affaire baptisée "Dropped", du nom de l'émission de télé-réalité tournée en Argentine pour TF1. Un tournage qui s'est transformé en tragédie.

Nicolas Roussel, directeur de production de cette émission a été mis en examen le 7 octobre pour "homicides involontaires" après la mort de dix personnes. Plusieurs vedettes du sport français, dont la nageuse niçoise Camille Muffat, la navigatrice Florence Arthaud et le boxeur Alexis Vastine sont morts dans ce crash entre deux hélicoptères survenu le 9 mars en 2015.

Jeux télévisés d'aventure

Dans l'enquête ouverte en France, les juges d'instruction ont d'abord placé sous le statut intermédiaire de témoin assisté Nicolas Roussel, ainsi qu'ALP, Adventure Line Production, société de production qui l'employait, spécialiste des jeux télévisés d'aventure : Fort Boyard, Koh Lanta, La Carte aux trésors... Une société dirigée actuellement par Alexia Laroche-Joubert.

"Faute caractérisée" 

Les juges ont mis en examen Nicolas Roussel le 7 octobre : ils lui reprochent une "faute caractérisée" : avoir sous-évalué le budget affecté aux moyens aériens, avoir fait sélectionner sur des critères principalement financiers plutôt que de compétence les pilotes et les hélicoptères finalement impliqués dans le crash, et n'avoir pas garanti aux passagers des conditions de sécurité normales pour leur transport. En février 2019, Peter Högberg, un Suédois chargé de sécurité lors du tournage, avait lui été mis en examen pour "homicides involontaires".

"Les juges font leur travail, c’était logique »

Hubert Arthaud, frère de Florence Arthaud qui vit à Antibes réagit à cette nouvelle mise en examen : « je m’y attendais. Les juges font leur travail, c’était logique ». Il suit le dossier de près. Il s’est entretenu avec les juges à Paris qui venaient à l’époque de recevoir le rapport du BEA (Bureau Enquêtes Accident).

 La juge a compris que la responsabilité venait d’ALP puisque c’est l’affréteur. Nicolas Roussel exécutait ce que demandait Julien Magne, le producteur. Il disait ce qu’il fallait comme plan. C’est lui qui avait demandé que les hélicos décollent à l’inverse de leur route avec un plan de la montagne en fond, et que les hélicos tournent en formation. 

Hubert Arthaud, frère de la navigatrice, Florence Arthaud

Prendre de vrais professionnels, pas des amateurs

Selon le frère de Florence Arthaud, par ailleurs pilote amateur, la production avait beaucoup d’autres choix : « prendre un seul hélicoptère et surtout prendre de vrais professionnels, pas des amateurs. Comme la société argentine « Helicopteros marineros ». Leurs appareils sont équipés de caméras gyroscopiques. Mais ça leur coûtait beaucoup moins cher de prendre deux hélicoptères standards avec des pilotes moins expérimentés. Le problème c’est qu’en aéronautique l’économie, c’est dangereux... »

Mise en cause éventuelle d'ALP

Cette mise en examen ouvre la voie à une mise en cause éventuelle d'ALP. "Nicolas Roussel, tout comme les équipes d'ALP, demeurent profondément bouleversées par l'accident qui a coûté la vie à leurs collègues, aux pilotes et à certains participants à l'émission et restent déterminés à démontrer qu'aucune faute dans l'organisation du tournage ne peut leur être reprochée", ont réagi les avocats de M. Roussel et de la société, Me Mathias Chichportich et Pierre-Olivier Sur.

Spécialisée dans le divertissement d’aventure

Créée en 1972, ALP est l’une des plus anciennes sociétés de production en France. Elle s'est spécialisée dans le divertissement d’aventure avec à son actif 28 saisons de Fort Boyard sur France 2 et 21 saisons de Koh-Lanta sur TF1. Sur son site internet, Adventure Line Productions, précise faire partie de Banijay Group, un des plus grands groupes de production dans le monde, présent dans 17 pays.

 

Pour nous tous, c'est enfin la vérité qui arrive. C'est magnifique. C'est un soulagement, vous n'imaginez pas. C'est dingue.

Gisèle Gilles, présidente de l'Association des proches des victimes du crash d'hélicoptères de Dropped" et veuve d'Edouard Gilles, caméraman mort dans l'accident.

"Une étape majeure est franchie dans la recherche de la vérité", s'est félicitée Me Solenn le Tutour, avocate de cette association. Un groupe Facebook a été créé par l'association des victimes de l'accident "Dropped".
Un groupe Facebook a été créé par l'association des victimes de l'accident "Dropped".
Un groupe Facebook a été créé par l'association des victimes de l'accident "Dropped". © FTV
La présidence de l'association est assurée par Laurence Muffat, mère de la nageuse Camille Muffat. L'association a pour but d'apporter un soutien aux proches des victimes, d'agir pour la manifestation de la vérité, sur les causes et les circonstances de ce crash, s'assurer que les autorités françaises et argentines mettent tout en oeuvre pour collaborer. Et bien sûr, perpétuer la mémoire des personnes disparues.

Les huit passagers, candidats, équipe technique et les deux pilotes décédés

Florence Arthaud, navigatrice (Candidate)
Edouard Gilles, ingénieur du son (Equipe technique)
Brice Guilbert, cadreur (Equipe technique)
Volodia Guinard, chef de projet (Equipe technique)
Lucie Mei Dalby, journaliste (Equipe technique)
Camille Muffat, nageuse (Candidate)
Laurent Sbsanik, cadreur (Equipe technique)
Alexis Vastine, boxeur (candidat)
Roberto Abate, (pilote)
Juan Carlos Castillo, (pilote)

"Approximations sur l'organisation du tournage"

"Le contour et les circonstances de l'accident se précisent, cela révèle des approximations sur l'organisation du tournage, c'est très triste", a estimé Me Sébastien Busy, avocat de la Fenvac, une association de victimes.
Plusieurs procédures d'indemnisation sont en cours en France. Une enquête pénale est également ouverte en Argentine. Même si, cinq ans après le drame, l'enquête judiciaire avance, les juges n'ont pas donné de date pour un futur procès.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers accident télévision économie médias sport natation voile