Des candidats, mais toujours personne pour reprendre la pharmacie de ce village des Alpes-Maritimes

Depuis le mois de juin 2021, la pharmacie de Tende est fermée. Plusieurs candidats ont déposé leurs dossiers pour reprendre l'officine, mais aucun n'a été embauché. Les acteurs du dossier gardent malgré tout espoir de trouver la personne idéale.

"Le recrutement de cet été n'a pas abouti". Dans le village de Tende, dans l'arrière-pays mentonnais, le repreneur de la pharmacie se fait attendre. Cela fait plus de deux ans que la pharmacie de ce village niché dans la vallée sinistrée de la Roya est fermée. 

L'officine a baissé le rideau à la suite de complications engendrées par la tempête Alex. Le difficile accès au village a entraîné une forte diminution de la fréquentation de la pharmacie, qui a été contrainte de fermer ses portes en juin 2021. 

Depuis, elle n'a jamais rouvert. Une situation qui rend l'accès aux médicaments difficile pour les 2.000 habitants de ce village proche de la frontière avec l'Italie.

Mais du côté des acteurs du dossier, on a tout de même envie de croire que la situation va s'améliorer. 

De nouveaux candidats

Après une première phase de recrutement non concluante cet été, "nous avons reçu de nouvelles candidatures", explique Cyril Colombani, président de l'Union des pharmaciens d'officine des Alpes-Maritimes, qui évoque "quelques CV". Malgré le temps qui presse, le pharmacien, proche du dossier, affirme "ne pas vouloir se précipiter ou prendre n'importe qui".

"Nous cherchons avant tout quelqu'un de motivé. Il faut que la personne ait envie de venir ! Il ne s'agit pas de prendre un chèque"

Cyril Colombani, président de l'Union des pharmaciens d'officine dans les Alpes-Maritimes

À Tende, tout le monde semble déterminé à ce que le projet accélère."On a identifié trois nouveaux locaux potentiels pour la pharmacie et on a demandé une réunion avec l'ARS (agence régionale de santé, NDLR) et tous les acteurs du dossier le plus rapidement possible", précise le maire de la commune, Jean-Pierre Vassallo. 

"Le recrutement de cet été n'a pas abouti"

Mais les recherches du nouveau pharmacien sont ardues, en partie car le secteur de la santé fait actuellement face à une pénurie de personnel à l'échelle nationale. Tende n'est pourtant pas un désert médical : "au contraire, c'est une richesse de pouvoir travailler avec son tissu médical, qui est assez dense", expose Cyril Colombani.

Et des candidats, il y en a eu. "Nous avons reçu 8 candidatures solides et 3 ont été retenues, témoigne le représentant de sa profession, mais c'est de leur côté que ça n'a pas marché et le recrutement de cet été n'a pas abouti..." Il souhaite cependant rester confiant. Le salaire est attractif et "beaucoup d'efforts ont été faits, même si toutes les requêtes ne peuvent être acceptées". 

Une configuration particulière

Le repreneur de la pharmacie de Tende exercera dans des conditions particulières. Il ne sera pas propriétaire de son officine, comme la loi l'impose habituellement, mais salarié de la pharmacie de Breil-sur-Roya, village situé à une vingtaine de kilomètres en contrebas. 

Cette disposition s'appuie sur l'article 51 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2018, qui permet d’expérimenter de nouvelles organisations en matière de santé. Lorsqu'elle aura un repreneur, la pharmacie de Tende sera donc une "annexe" de celle de Breil-sur-Roya, pour une durée de deux ans.

"La personne qui viendra exercer ne prendra pas de risque car elle n'aura pas à investir. Ce sera un salaire fixe, qui plus est très attractif"

Cyril Colombani

"Et au bout de deux ans, tout est possible. Cela va dépendre de beaucoup de choses, mais on peut imaginer qu'un transfert de licence soit envisageable si tout se passe bien", ajoute le pharmacien. Comprendre que le repreneur peut espérer devenir propriétaire de l'officine au bout des deux années d'exercice. 

Dans cette perspective, à voir si certains acteurs du dossier, à savoir l'agence régionale de santé, le département et la région, largement investis aujourd'hui pour mener à bien le projet, continueront à le soutenir sur le long terme. Aucune certitude pour l'instant. Le doute continue donc de planer sur la pharmacie de Tende.