Grasse : Une association veut faire inscrire le savoir-faire lié à la parfumerie au patrimoine culturel mondial de l'Unesco

La parfumerie, dans la région, pèse un milliard d'euros de chiffre d'affaires, avec plus de 3000 emplois induits. Grasse reste bien-sûr la capitale mondiale des parfums.

© France3 Côte d'Azur

Grasse et ses cheminées de briques, vestiges du riche passé industriel de la ville; aujourd'hui, les parfums sont toujours conçus sur place, mais dans des laboratoires ultra-modernes.
La nature, elle, n'a pas changé; depuis le XVI ème siècle, les méthodes de culture sont identiques. En ce moment, sur les exploitations, après la rose de mai, on attend la floraison du jasmin. Il sera vendu aux plus grandes marques.
De la culture des plantes à l'art de composer un parfum, Grasse dispose incontestablement d'un savoir-faire mondialement reconnu, savoir-faire que la ville de Grasse souhaite officialiser en obtenant son inscription au patrimoine immatériel de l'Unesco.
Pour défendre le projet, une association vient de voir le jour. Elle réunit l'ensemble de la filière, dont les créateurs des grandes maisons, les grands nez pour qui Grasse demeure incontournable.
Le projet sera présenté à l'Unesco au premier semestre 2014.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie