"Les chantiers vont être réalisés plus rapidement" : après la tempête Aline, le préfet des Alpes-Maritimes autorise certains travaux sans appel d'offres

Le préfet Hugues Moutouh a annoncé qu'il autorisait une procédure simplifiée pour que collectivités touchées par la tempête Aline. Elles pourront entamer dès maintenant les travaux sur leurs biens non assurables. Quel effet en attendre ?

Quelques jours après une reconnaissance du caractère d'urgence des travaux dans les vallées de la Vésubie, de la Tinée et de la Roya, le préfet des Alpes-Maritimes autorise, par arrêté, une procédure simplifiée pour les travaux sur les biens non assurables des communes impactées par la tempête Aline.

Après son passage dans la nuit du 19 au 20 octobre, les communes de Belvédère, Bonson, Breil-sur-Roya, Isola, Massoins, Roquebillière, Saint-Martin-Vésubie, Utelle, Valdeblore et Venanson ont été reconnues en état de catastrophe naturelle par arrêté ministériel le 3 novembre dernier. 

Pas de mise en concurrence préalable

Selon le communiqué de la préfecture, "considérant l’urgence impérieuse résultant de circonstances (...), toutes ces collectivités territoriales peuvent négocier des contrats sans publicité ni mise en concurrence préalables avec des opérateurs économiques" pour certains travaux :

  • la réparation des voies gravement endommagées
  • la consolidation des ouvrages menaçants de s'effondrer
  • l'hébergement provisoire des sinistrés
  • le rétablissement des réseaux.

En clair, cela implique que le dossier n’a pas besoin d’être complet pour être lancé, au vu de l’urgence.

Dans la vallée de la Vésubie, le village de Venanson resté coupé du monde plusieurs jours en raison des dégâts causés sur la route d'accès. Aujourd'hui Loetitia Loré, maire de la commune de 150 habitants, semble soulagée par cette décision préfectorale :

On est en train de regarder à quoi ça pourrait correspondre. Mais je pense que la route d'accès au village, qui doit être refaite depuis trois ans, est largement concernée.

Loetitia Loré, maire de Venanson

"Au-delà de faciliter les travaux, ça va surtout être plus rapide. Il y aura des démarrages de chantier sans procédure d'appel d'offres. On ne peut pas faire tout et n'importe quoi, fort heureusement, mais ça peut raccourcir les délais de mise en œuvre, c'est certain", explique Loetitia Loré.

"Nous allons avoir plus de précisions dans les jours à venir. Les décisions vont être rapides mais pour certains travaux, il va quand même falloir réaliser des études techniques qui peuvent prendre plus de temps." 

La reconstruction des bâtiments publics n'est pas concernée

Tous les travaux à venir ne sont cependant pas concernés. "La reconstruction des bâtiments publics effondrés, le relogement pérenne des sinistrés et la réalisation de nouveaux ouvrages" sont exclus de cette mesure d'urgence, précise le communiqué préfectoral.

Dans la valée de la Vésubie, une pétition a été lancée il y a une dizaine de jours par certains habitants. Ils notent un certain sentiment d'insécurité, une inquiétude pour l'avenir et une colère dans le choix des aménagements qui ne tiennent pas en compte de la réalité du terrain.

L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité