Cap-d'Ail : des parents d'élèves en colère contre le maire qui souhaite renommer l'école pour honorer Samuel Paty

Polémique à Cap-d'Ail. Les parents d'élèves de l'école Saint-Antoine,  ouverte depuis septembre, ne sont pas d'accord avec la décision du maire de la renommer du nom de Samuel Paty, professeur assassiné le 16 octobre dernier.
Une partie de la commune de Cap d'Ail (Alpes-Maritimes).
Une partie de la commune de Cap d'Ail (Alpes-Maritimes). © L.B./FTV
A Cap-d'Ail, la décision du maire ne passe pas. Il y a un mois, Xavier Beck a fait valider en conseil municipal un nouveau nom pour une école de sa commune : l'école Saint-Antoine, qui a ouvert en septembre dernier. Il souhaite la renommer "Samuel Paty" pour honorer le professeur d'histoire-géographie des Yvelines, décapité par un terroriste islamiste en octobre dernier. Mais les parents d'élèves sont contre cette décision.
 
Cette nouvelle dénomination fait craindre aux parents d'élèves que l'école de leurs enfants ne devienne une cible. Certains admettent réfléchir à l'idée de retirer leurs enfants de cette école si son nom changeait. "Je n'ai rien contre l'idée de renommer un square ou une rue mais pour une école ce n'est pas la meilleure façon d'honorer Samuel Paty", déclare un parent à la sortie de l'école.

"Le danger est partout"

Devant ces protestations, le maire Xavier Beck ne recule pas. "Il faut marquer de façon très solennelle le fait que notre conception de la République n'est pas celle des terroristes islamistes", dit-il. 
 

Les élèves ne sont pas plus en danger que les enfants qui étaient sur la promenade des Anglais le 14 juillet 2016, qui mangeaient une glace en regardant un feu d'artifice et qui se sont fait assassiner par un terroriste. Le danger est partout en matière de terrorisme. 

Xavier Beck, maire de Cap-d'Ail

Pour répondre aux réticences, le maire fait un parallèle avec le collège de Pégomas, au nord-ouest de Cannes. Depuis l'ouverture de cet établissement baptisé Arnaud Beltrame, aucun incident n'a été signalé, nous indiquent la mairie et le rectorat. A Pégomas aussi, les parents avaient exprimé de l'inquiétude face à ce nom d'établissement

L'école ne va pas changer de nom tout de suite. Avant que l'école cap-d'ailloise ne change de nom, il faut que la mairie obtienne l'aval de la famille de Samuel Paty.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société politique terrorisme